Vous avez dit intraduisible ?

Responsables : Antoine Cazé et Ladan Niayesh

Loin des idées reçues sur la traduction comme copie servile ou inférieure d’un original, faute-de-mieux, ou comme exercice pédagogique d’explication et de compréhension de faits de langue (thème-version) dans un département d’anglais, ce chapitre a l’ambition d’aborder la traduction comme processus de recréation et comme miroir culturel déformant/reformant. Il puise ses exemples dans des allers-retours critiques, comme Foucault et la ‘French theory’, dont les traductions, souvent des malentendus, ont paradoxalement produit des contre-sens fertiles et enrichi deux pensées par ricochet. Adoptant une perspective temporelle longue, le chapitre envisage également la manière dont des textes canoniques font des retours surprenants sous des formes actualisées, relevant davantage de l’adaptation dans le cas de classiques comme Shakespeare, qui n’en finit pas d’être notre contemporain en France là où la version originale l’éloigne et le rend de moins en moins accessible pour les Anglosaxons. Geste linguistique et théorique complexe, l’intraduisible ouvre ainsi souvent la voie à des possibilités riches de subversion et d’innovation que ce chapitre entend mettre à l’honneur en adoptant lui-même la forme expérimentale d’un lexique composé de termes résonants pour notre propos, comme ‘location’, ‘othering’, ‘French theory’ ou ‘passing’.