Frontières du littéraire

Wordsworth’s Acoustics: Sound Before the Echo of the Sense – Felix Duperrier

Listening is one of the most fundamental modes of relationality. By listening, one comes into contact with one’s environment, allowing oneself to engage with, and even be changed by, one’s environment. In his poems of listening, William Wordsworth probes the complex nature of auditory experiences. Wordsworth’s encounters with song, sounds, and voices offer ways...

Séminaire FLT 2022-2023

­ Séminaire Frontières du littéraire (2022-2023) Wednesday 12 October at 5:30 pm. Prof. Michael Davidson (UC San Diego): “Distressing Language. Disability and the Poetics of Error”. Co-badged by LISTEN, and Gender and Sexuality Studies.  Monday 28 November at 5:30 pm Dr. Kayoko Shimanuki (Kwansei Gakuin University, Japan): Americans in France: Racial Struggles of William Faulkner, Josephine Baker, and Flags in the Dust’s Caspey. Respondent:...

Écrire/interpréter le spirituel en littérature : Quelques outils méthodologiques #1/5

    Par Myriam Watthee-Delmotte, Directrice de recherches du FNRS et Professeure émérite à l’UC Louvain, Directrice de la Classe des Lettres de l’Académie Royale de Belgique.   Introduction   Précisions épistémologiques Il va de soi que tout art et toute littérature ne sont pas en lien nécessaire avec le spirituel au sens de...

Willa Cather et le phonographe : amour ou haine ? – Florent Dubois

À en croire ses textes de fiction, l’auteure états-unienne Willa Cather vouait une haine sans bornes au phonographe. Pourtant, ses biographes affirment qu’elle aimait écouter des disques. Notre enquête vise donc à éclaircir cette apparente contradiction. Et si le sort réservé à l’enregistrement sonore dans ses œuvres était, en fait, au service d’un discours...

A l’écoute des atmosphères multimédia : Beckett et Joyce à l’ère de la transmission technologique – Adrienne Janus

Le critique Hans Ulrich Gumbrecht propose de lire la littérature en prêtant attention à la Stimmung (ambiance, atmosphère), à la manière dont la littérature enveloppe le lecteur d’un voile de matérialité et fournit ainsi un accès privilégié à un environnement du passé ou à un autre espace culturel. Que devient cette Stimmung quand la littérature...

Question 10 : quelles autres questions pour la littérature ?

Q. Nous pourrions reformuler encore la question et nous demander : à la lumière de ces contextes littéraires et institutionnels divers, quelles questions oublions-nous, de manière récurrente, de poser ? Quelles questions faudrait-il poser encore, qui nous éclaireraient sur la relation de la littérature au présent ? Ces questions manquantes peuvent-elles nous venir de l’intérieur de nos...

Question 9 : Littératures post-coloniales, littératures monde, face au présent

Q. Les littératures plurielles – littératures post-coloniales, littératures monde – change-t-elle l’équation de ces questionnements ? Nous forcent-elles à penser cette relation au présent sous un jour différent ? Un jour nouveau ? Ou, une fois encore, la question elle-même reste-t-elle encore trop simpliste ? Peut-on trouver au sein même des littératures britannique ou américaine des façons de...

Question 8 : un présent par époque ?

Q. Le fait que nous abordions la littérature à partir de périodes différentes, et d’objets littéraires différents doit aussi, nous l’avons dit, nous amener à penser la manière dont chaque tradition construit la relation de la littérature au présent. Toutes ces questions ont-elles une égale pertinence quelle que soit l’époque, ou sont-elles d’entrée de...

Question 7 : Qu’est-ce que le contemporain?

Q. Plus récemment, Giorgio Agamben, dans le sillage des théories de l’intempestivité, a défini le contemporain comme ce qui est d’emblée en décalage avec son présent, comme trop venu (Qu’est-ce que le contemporain ? [2008]). Cette vision nietzschéenne du contemporain nous aide-t-elle à comprendre la relation de la littérature au présent ? En d’autres termes, la...

Question 6 : la littérature et le politique

Q. Dans son ouvrage essentiel à la redéfinition du travail de la référentialité, The Political Unconscious (1981), Fredric Jameson s’appuie sur le concept de semi-autonomie, ou « autonomie relative », introduit par Louis Althusser dans Lire le capital, pour comprendre la relation indirecte que la littérature comme « acte symbolique » entretient avec son présent. Sommes-nous contraints de...

Question 5 : la puissance d’interpellation du texte

Q. Quid, dans cette poétique textualiste, de la puissance non pas heuristique, mais herméneutique du texte ? La littérature peut-elle, sans renoncer à sa puissance heuristique, aussi nous apprendre à lire le monde ? On sait la montée en puissance de pensées éthique, politique de la littérature dans l’aire anglophone. Ces approches invalident-elles le savoir indirect...

Question 4 : entre new historicism et post structuralisme : penser le présent de la littérature entre deux cultures littéraires

Q. On le voit dans la discussion qui se noue ici, le présent du texte pris dans sa relation oblique au présent n’est plus le présent du texte tel qu’hypostasié par le New Criticism ou le post-structuralisme français. Cette lecture d’un présent immanent à la littérarité a-t-elle pu constituer et constitue-t-elle encore le telos...

Question 3 : “être au présent” du texte vs présent historique : un antagonisme?

Q. Penser la relation littéraire comme une relation oblique implique déjà que le présent du poème, du texte, ouvre à une expérience spécifique, irréductible à toute autre expérience ; voire une expérience qui, parce qu’elle serait émancipatrice, disqualifie la relation référentielle au présent historique. Peut-on se satisfaire encore de cet antagonisme ? La puissance...

Question 2 : Présent de l’expérience, expérience de la lecture : les présents de la littérature

Q. On voit donc qu’il convient de parler des présents de la littérature. Le présent de l’expérience – expérience poétique, expérience de la lecture – et le présent historique étant deux modalités du présent qui ne se superposent pas parfaitement ; voire, elles pourraient même s’opposer ou être en tension, tant le grand récit...

Question 1 : La littérature et le présent : une préoccupation moderniste?

Q. Dans son discours de réception du Prix Nobel (1990), Octavio Paz définit la littérature comme une quête infinie d’un présent qui nous immerge dans la réalité: « The search for the present is neither the pursuit of an earthly paradise nor that of a timeless eternity: it is the search for a real reality »....

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search