Poétique du podcast – Ella Waldmann

La radio a désormais trouvé sa place au sein des études littéraires. Depuis une vingtaine d’années, de plus en plus de travaux s’intéressent aux liens entre créations littéraire et radiophonique, selon des modalités propres à la culture radiophonique de chaque pays1 . Dans le monde anglophone, la recherche en la matière tend à se concentrer sur le mouvement moderniste et ses expérimentations avec le médium2. Les années 1930-1940 sont considérées par beaucoup comme un âge d’or inégalé pour la création radiophonique. La question du podcast et des relations qu’il entretient avec la création littéraire est encore peu abordée, ou alors de façon tangentielle. Trop souvent envisagé comme une simple modalité de (ré)écoute, ce nouveau média mérite pourtant lui aussi qu’on s’y attarde. Nous proposons donc d’écouter de plus près quelques extraits de la production contemporaine anglophone, qui viennent démontrer le dynamisme et la richesse de la création pour le podcast.

Ella Waldmann est doctorante au LARCA.

Depuis sa naissance il y a une quinzaine d’années, le podcast s’est imposé comme un médium sonore incontournable. Il doit son nom à un journaliste britannique, Ben Hammersley, qui dès 2004 s’interrogeait sur l’émergence de web radios et des nouvelles pratiques qu’elles engendrent. Dans un article pour le Guardian3, Hammersley proposait ainsi, parmi d’autres néologismes, le mot-valise « podcast »: partant du verbe to broadcast (diffuser, en français) surtout utilisé dans le contexte de la radio et de la télévision, il en modifiait le préfixe pour faire référence à l’iPod, baladeur mp3 commercialisé par Apple et symbole d’une transformation radicale de nos paradigmes d’écoute4. S’il a longtemps été question de trouver un autre terme pour éviter la référence à une marque déposée ou le recours à un anglicisme dans un contexte francophone, le nom podcast est aujourd’hui passé dans le langage courant. Il renvoie précisément à un type de fichiers audio numériques, généralement des épisodes d’un programme parlé, qui peuvent être téléchargés en ligne vers un ordinateur ou un appareil portable pour être écoutés à la demande. Il serait pourtant hâtif d’envisager le podcast comme une simple modalité de réécoute de programmes d’abord radiodiffusés. Dès ses débuts, le podcast a été un terreau fertile pour le développement de contenus originaux. La production de podcasts natifs, c’est-à-dire conçus pour une écoute à la demande sans passer par une première diffusion sur les ondes, a d’emblée représenté un champ nouveau pour la création et l’expérimentation formelle. Face à la grande diversité de la production pour ce média protéiforme, on s’intéressera ici plus particulièrement aux podcasts dits scénarisés (scripted podcasts) par opposition aux podcasts dits conversationnels5.

Selon Marshall McLuhan, fondateur des études contemporaines sur les médias, tout média nouveau incorpore certaines propriétés des médias qui l’ont précédé dans le temps. Le podcast s’apparente ainsi par certains traits à la radio, au cinéma, à la télévision, au livre. Les formes « nouvelles » qu’il engendre seraient donc essentiellement des reconfigurations de formes et de genres préexistants (comme le théâtre, la poésie, le roman, l’essai, pour citer ceux qui nous intéressent en premier lieu ici). Ce phénomène de remédiation, selon le terme proposé par Jay Bolter et Richard Rusin6, serait alors une première explication des affinités entre podcast et littérature. A titre d’exemple, Patrick Gill propose ainsi une comparaison entre le podcast et le roman7 : tous deux se ressemblent par leurs dimensions (des formats typiquement longs, qui s’inscrivent dans une temporalité dilatée), leur organisation autour d’arcs narratifs et leur capacité à créer un monde ; comme le roman, le podcast requiert un certain type d’attention, qui favorise l’immersion de l’auditoire en jouant notamment sur son attention captive et son isolement ; ils partagent enfin un fort potentiel affectif et intime, et se rejoignent par la place centrale qu’ils accordent tous deux à la voix narrative.

Mais le podcast, comme tout média, est aussi doté de propriétés qui lui sont spécifiques et qui le distinguent des médias antérieurs. Si les relations entre création radiophonique et littéraire ont donné lieu à de nombreux travaux, tant dans le monde anglophone que francophone, les liens que le podcast entretient avec le littéraire méritent, semble-t-il, d’être eux aussi interrogés. Pour certains, le podcast aurait abandonné la fiction et la poésie au profit d’une production tournée vers le réel. Regrettant la période faste des expérimentations de l’avant-garde moderniste à la radio, ils déplorent que le podcast soit devenu un média « post-dramatique8 ». Or faire ce postulat, c’est ignorer tout un pan de la production contemporaine de podcasts de fiction, champ inédit pour l’expérimentation formelle, particulièrement prolifique dans la sphère anglophone9. C’est aussi faire abstraction de toute la dimension narrative, dramatique, poétique, inter- et méta-textuelle du podcast documentaire, qui a grandement contribué au succès du média. Nous proposons ici d’écouter de plus près quelques extraits de cette production contemporaine anglophone, qui viennent réfuter l’idée selon laquelle le podcast aurait définitivement abandonné les ambitions formelles d’un supposé âge d’or de la création radiophonique.

Appearances (Sharon Mashihi, Radiotopia, Mermaid Palace, 2020)

Dans la série en dix épisodes Appearances, Sharon Mashihi propose une réflexion autobiographique à travers un alter ego imaginaire. Elle raconte ainsi à la première personne l’histoire de Melanie, une femme issue comme elle d’une famille iranienne installée aux Etats-Unis. Prises entre des désirs et des injonctions contradictoires – dont celui d’avoir un enfant ou non – Melanie et Sharon partagent les mêmes doutes, les mêmes questionnements existentiels et identitaires. Usant d’un ressort classique de l’autofiction, la créatrice du podcast met en fait en scène sa propre histoire, sa personne et les membres de son entourage sous d’autres noms. La particularité de cette œuvre est qu’elle est presqu’entièrement racontée par son auteure, qui prête sa voix à son double de fiction mais aussi à d’autres personnages qui interviennent dans son récit, donnant ainsi à entendre la pluralité des voix qui l’habitent et la composent. Mais ce choix pose aussi la question de la voix comme socle de l’identité, car même travestie par un jeu d’actrice, la voix de la narratrice reste reconnaissable et unique. Elle littéralise enfin la notion de voix narrative, et nous rappelle que tout récit, quel qu’il soit, passe par la médiation d’un sujet, et de sa voix propre.

Extrait 1 : Episode 1, « Prologue » (00 :00 – 00 : 20

Les podcasts sont catégorisés selon la dichotomie bibliographique fiction / nonfiction que l’on observe dans le monde anglophone. Mais dans le cas d’Appearances, comme pour tout objet hybride, cette catégorisation soulève des questionnements génériques. Sa créatrice et narratrice use alors de précautions qui relèvent de ce que Gérard Genette appelle le paratexte de l’œuvre10. Dans l’épisode intitulé « Prologue », la narratrice multiplie les « seuils » à franchir avant d’accéder au corps du récit. Nous sommes accueillis par sa voix qui annonce le titre du podcast sans aucun habillage sonore, à la manière d’une première de couverture (« This is Appearances »), puis nous guide vers un premier sous-titre (« Prologue »). Or, par excès de zèle ou par jeu référentiel, le prologue se trouve redoublé d’un deuxième prologue, puis sous-divisé en parties et en sous-sous-titres (« Part A: Prologue to the Prologue » « A note on… »). La voix nue fait résonner les plosives de ces intitulés enchâssés jusqu’à l’absurde. Cette ressemblance avec le livre n’est pas fortuite, mais au contraire cultivée. Le mimétisme des conventions textuelles, poussé à l’extrême, donne à entendre les problématiques inhérentes à ces formes tiraillées entre fiction et nonfiction.

Welcome to Night Vale (Joseph Fink, Jeffrey Connor, Night Vale Presents, 2012-)

Dans le podcast Welcome to Night Vale, un narrateur raconte le quotidien d’une petite ville imaginaire perdue dans le désert du Sud-Ouest des États-Unis, à la façon d’un animateur de radio locale (community radio). Or Night Vale est un univers où, selon les mots de ses créateurs, toutes les théories du complot deviennent réalité, où le paranormal côtoie le banal et où l’humour caustique rencontre l’« horreur cosmique » chère à H.P. Lovecraft, maître du genre. Dans un récit fait de digressions et de récits imbriqués, le cours de l’émission est régulièrement interrompu par de courtes vignettes, à la façon de bulletins publicitaires ou informationnels.

Extrait 2 : Episode 2, “First Snow” (04:55-06:03 )

https://podcasts.apple.com/us/podcast/179-first-snow/id536258179?i=1000500908541

Dans l’épisode 179, intitulé « First Snow », l’une de ces capsules survient à la cinquième minute. Il s’agit d’une énigme sonore, version audio d’un jeu de mots mêlés. Tandis que l’animateur énonce une suite de lettres à intervalles réguliers, sa voix se déplace de la droite vers la gauche, avant de revenir à son point de départ. Par un travail sur la stéréophonie, la circulation du son crée une illusion d’espace pluridimensionnel surtout perceptible à travers des écouteurs, forme d’écoute privilégiée du podcast. La voix, défamiliarisée par l’écho, se fait de plus en plus grave et instille une inquiétante étrangeté, en contraste avec la nature supposée ludique de la séquence. La menace sous-jacente se concrétise à la fin de l’extrait, quand le présentateur ordonne aux participants de ne révéler sous aucun prétexte le message qu’ils auraient pu décrypter. Pour y jouer, il faudrait de surcroît pouvoir coucher par écrit les lettres qui sont dictées, sans quoi leur succession devient une suite incohérente de sons que la mémoire ne parvient pas à fixer. Sous couvert d’absurdité, cette courte séquence se révèle être un commentaire sur le rapport entre le son et la lettre, l’écrit et l’oral. La prétendue énigme devient alors un jeu postmoderniste : cette recherche d’un sens caché ne mène en fait nulle part, si ce n’est à une obscure théorie du complot dans laquelle l’auditeur est pris à parti contre son gré.

Have You Heard George’s Podcast? (George The Poet, Benbrick, BBC Sounds, 2019-)

George Mpanga, plus connu sous le nom de George The Poet est un auteur, rappeur et artiste de spoken word d’origine ougandaise ayant grandi dans le Nord-Ouest de Londres. Avec le producteur et compositeur Benbrick, il crée en 2019 un podcast mêlant journalisme, poésie, musique, création sonore, documentaire et fiction, qui a la particularité d’être presqu’entièrement narré en vers. Have You Heard George’s Podcast ? a été le premier podcast produit en dehors des États-Unis à recevoir un prix Peabody, l’une des distinctions les plus prestigieuses décernées à un programme audio. Depuis la deuxième saison, George The Poet s’est associé à la plateforme BBC Sounds qui lui donne accès au fonds d’archives de la BBC. Par leur complexité formelle (versification rimée, intermédialité, multiplication des points de vue et des échelles …), ses créations renouent avec la tradition du documentaire radiophonique (radio feature), tout en proposant un éclairage nouveau sur la notion même de documentaire. Par son traitement poétique d’un matériau journalistique, George The Poet retourne aussi aux sources du hip-hop, dont les textes ont pour but de refléter une certaine réalité sociale.

Extrait 3 : Chapter 2, episode 2, “Sabrina’s Boy” (11:35-15:00)

https://www.bbc.co.uk/sounds/play/m000b18m

Dans l’épisode « Sabrina’s Boy », George The Poet propose une méditation sur le lien entre trauma et création chez les artistes noirs américains, dans laquelle il revient notamment sur la vie du rappeur 50 Cent. Dans ce montage sonore, dont le début est signalé par le bruit d’un magnétophone qui s’enclenche, on entend d’abord la voix modulée de George The Poet, comme si elle provenait d’un enregistrement analogique. Le phrasé de la voix parlée, avec ses pauses et ses accents, se cale sur la rythmique en arrière-plan produite par une boîte à rythmes. On reconnaît alors les premières mesures de l’iconique « The Message » de Grandmaster Flash & The Furious Five, considéré comme l’un des morceaux fondateurs du hip-hop. Les paroles de George The Poet alternent entre récitation rythmée et passages rappés, que viennent renforcer des effets vocaux, notamment de redoublement stéréophonique. Son récit parlé/chanté est aussi entrecoupé de montages d’archives de la BBC, dont le dernier extrait d’interview se conclut par le bruitage d’une cassette que l’on rembobine. Cet effet rappelle à la fois les effets sonores du DJ, pilier de la musique hip-hop, et la réalité matérielle de la bobine d’archive. A la fin de la séquence, le volume de la musique diminue dans un effet de fondu, auquel se superpose la voix du narrateur qui annonce le titre de la chanson et de son interprète comme le ferait un disc-jockey de radio. Puis le son du magnétophone s’arrête ; George The Poet prononce alors a cappella un épilogue dont la portée est amplifiée par sa structure en chiasme.

Chacun de ces podcasts se positionne à un endroit différent : l’un se revendique de l’autofiction, le deuxième se présente comme fiction pure, le troisième comme un objet hybride entre poésie et documentaire. Mais ils ont pour point commun d’interroger notre rapport au réel et à sa représentation. Si la production contemporaine est, de fait, orientée vers le réel, elle n’en est pas moins animée par des forces dramatiques, poétiques, narratives. Surtout, elle se caractérise par une conscience très forte du médium, par un jeu permanent avec ses codes, ses forces et ses limites. Cette proximité du podcast avec le littéraire est aussi une stratégie consciente et volontaire de positionnement pour un média encore jeune, en quête de légitimité et de codes, à la recherche d’une poétique dont nous avons ici esquissé les contours.


Références

Avery Todd, Radio Modernism: Literature, Ethics, and the BBC, 1922–1938, Londres, New York, Routledge, 2006.

Berry Richard, « Will the iPod Kill the Radio Star? Profiling Podcasting as Radio », Convergence: The International Journal of Research into New Media Technologies, vol. 12, no 2, 2006, p. 143-162 (en ligne : http://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1354856506066522 ; consulté le 16 mai 2020).

Bottomley , Andrew, Sound Streams: A Cultural History of Radio-Internet Convergence, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2020.

Bull Michael, « No Dead Air! The iPod and the Culture of Mobile Listening », Leisure Studies, vol. 24, no 4, Routledge, 1er janvier 2005, p. 343-355.

Bolter Jay David et Grusin Richard, Remediation: Understanding New Media, Cambridge, Mass., MIT Press, 2000.

Cohen Debra Rae, Michael Coyle et Jane Lewty (éd.), Broadcasting modernism, Gainesville, Univ. Press of Florida, 2009.

Fink Joseph et Jeffrey Cranor, « Welcome to Night Vale », Nightvale Presents, 2012-.

Freeman Elliott, « Ode for the Lights Above the Arby’s: Reading Welcome to Night Vale Through the Lens of Poetry », dans Jeffrey Andrew Weinstock (éd.), Critical Approaches to Welcome to Night Vale: Podcasting between Weather and the Void, Londres, Palgrave Macmillan, 2018, p. 109-119.

Genette Gérard, Seuils, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Poétique », 1987.

George The Poet et Benbrick, Have You Heard George’s Podcast?, BBC Sounds, 2019-.

Gill Patrick, « Listening to the Literary: On the Novelistic Poetics of the Podcast », dans Tim Lanzendörfer et Corinna Norrick-Rühl (éd.), The Novel as Network: Forms, Ideas, Commodities, Londres, Palgrave Macmillan, coll. « New Directions in Book History », 2020, p. 163-179.

Hammersley Ben, « Audible Revolution », The Guardian, rubrique « Media », 12 février 2004 (en ligne : http://www.theguardian.com/media/2004/feb/12/broadcasting.digitalmedia ; consulté le 15 avril 2020).

Llinares Dario, Neil Fox et Richard Berry (éd.), Podcasting: New Aural Cultures and Digital Media, Springer, 2018.

Mashihi Sharon, Appearances, Mermaid Palace, The Heart, 2020.

McLuhan Marshall, Understanding Media: The Extensions of Man, 1st MIT Press ed, Cambridge, Mass, MIT Press, 1994.

Pardo Céline, « Penser la radio en littéraire : quelques questionnements de radiolittérature », Elfe XX-XXI. Études de la littérature française des XXe et XXIe siècles, no 8, Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles, 10 septembre 2019 (DOI : 10.4000/elfe.1025  consulté le 30 mars 2021).

Porter Jeffrey Lyn, Lost Sound: The Forgotten Art of Radio Storytelling, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2016.

Spinelli Martin et Lance Dann, Podcasting: The Audio Media Revolution, Bloomsbury Academic, 2019.


  1. On pense par exemple au développement en France du champ de la radiolittérature, terme proposé par Céline Pardo et Pierre-Marie Héron (C. Pardo, « Penser la radio en littéraire : quelques questionnements de radiolittérature », Elfe XX-XXI, 8 | 2019). En Allemagne, la recherche sur le sujet porte principalement sur le drame radiophonique (Hörspiel), qui a longtemps occupé une place prépondérante dans la production germanophone. []
  2. Plusieurs ouvrages récents y sont consacrés, du point de vue britannique comme américain : T. Avery, Radio Modernism: Literature, Ethics, and the BBC, 1922–1938, Londres, New York, Routledge, 2006 ; D.R. Cohen, M. Coyle & J. Lewty (éds.), Broadcasting Modernism. Gainesville: Univ. Press of Florida, 2009; J.L. Porter, Lost Sound: The Forgotten Art of Radio Storytelling, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2016. []
  3. Ben Hammersley, « Audible Revolution », The Guardian, 12 février 2004. []
  4. Par un effet de métonymie, l’iPod en est venu à symboliser les évolutions liées à la compression du son, et ses conséquences en termes de portabilité de la musique et de l’audio en général. À ce sujet, voir R. Berry, « Will the iPod Kill the Radio Star? Profiling Podcasting as Radio », Convergence: The International Journal of Research into New Media Technologies, vol. 12, no 2, 2006, p. 143-162 ; M. Bull, “No Dead Air! The IPod and the Culture of Mobile Listening.” Leisure Studies 24, no. 4, 2005, p. 343–55. []
  5. par opposition au podcast conversationnel, enregistrement d’une discussion informelle et en grande partie improvisée par ses intervenants nécessitant un moindre effort de production, le podcast scénarisé fait l’objet d’un important travail d’écriture et de montage. Il mobilise de nombreuses sources (archives, interviews, effets sonores, musique…) et suit une trame pré-écrite, lue et enregistrée par un narrateur principal. []
  6. J. D. Bolter et R. Grusin, Remediation: Understanding New Media, Cambridge, Mass., MIT Press, 2000. []
  7. P. Gill, « Listening to the Literary: On the Novelistic Poetics of the Podcast », in T. Lanzendörfer et C. Norrick-Rühl (éds.), The Novel as Network: Forms, Ideas, Commodities, Londres, Palgrave Macmillan, 2020, p. 163-179. []
  8. C’est notamment la thèse défendue par J. L. Porter dans son ouvrage Lost Sound: the Forgotten Art of Radio Storytelling. []
  9. On pense par exemple à The Truth (Jonathan Mitchell, Radiotopia PRX, 2012-); Homecoming (Eli Horowitz, Micah Bloomberg, Gimlet Media, 2016); Welcome To Night Vale (Joseph Fink, Jeffrey Connor, Night Vale Presents, 2012-), dont un extrait est analysé plus bas. []
  10. Parce qu’ils ont aussi une interface textuelle, certains podcasts reprennent les conventions liées au paratexte du roman, comme par exemple le choix de découper leurs programmes en chapitres plutôt qu’en épisodes ou en saisons. C’est le cas notamment de Have You Heard George’s Podcast, évoqué plus loin. []

A venir en février-juin 2020: Séminaire de Laura Marcus, Goldsmiths’ Professor of English Literature; Fellow, New College, Université d’Oxford. Chercheuse invitée auprès de l’Institut d’Études Avancées de Paris et du LARCA, axe Frontières du littéraire. Co-organisatrice auprès du LARCA: Catherine Bernard

« Rhythmic Subjects: The Measures of the Modern. »
 
The main objective of this seminar is to explore the intense focus and the extensive literature on “rhythm” in the late nineteenth and early twentieth centuries, in a range of disciplinary and cultural contexts, including philosophy, psychology, science, music, dance, film, aesthetics and literature. While the research will examine the specificities of these approaches, it will also suggest that “rhythm” served as a way of mediating between different areas of knowledge, at a time when many of the modern disciplines were in the process of formation or consolidation. We will focus in particular on late nineteenth-century “rhythm science” and “rhythmic communities” and movements in the early decades of the twentieth century. These include the musicologist Jaques-Émile Dalcroze’s “eurythmics”, the more mystically oriented “eurythmy” of Rudolf Steiner and the “Rhythmists” of modernist visual and literary culture, including the French-based artists J.D. Fergusson and Sonia Delaunay, the Dadaist Hans Richter (creator of rhythmic abstract films in the 1920s) and the contributors to “Rhythm“ magazine. The project also explores modernist urban rhythms, as represented in the “city symphonies” and one-day novels of the early twentieth century, and the “prose rhythms” of some modernist writers. The final part of the seminar will address more recent explorations of rhythm, including Henri Lefebvre’s “rhythmanalysis”,and Henri Meschonnic’s work on poetry and rhythm.
 
Programme détaillé des séances de séminaire à venir.

12 septembre 2019: Lancement du carnet « Suffering America: Writing Pain in 19th-Century US Literature »

https://uspain.hypotheses.org

The « Suffering America » blog aims at disseminating the research conducted by Dr Thomas Constantinesco at the University of Oxford under the Marie Skłodowska-Curie project “USPAIN – Suffering America: Writing Pain in Nineteenth-Century United States Literature” (H2020-MSCA-IF-2017 793204). The project explores how nineteenth-century American literature developed a political philosophy and a literary aesthetics that emerged through representations of pain and suffering.

 

Friday, May 17, 2019, 2.30pm, OdG 202, Université de Paris New Perspectives on the Nineteenth-Century

A19 is pleased to announce its next session to be held on Friday, May 17, at 2. 30pm. We have invited two colleagues to talk about their current projects on the nineteenth-century.

Philipp Löffler (Université de Heidelberg): “Hawthorne and his Mosses: Reading Pace and Literary Value in Antebellum America”

Philipp Löffler is assistant professor of American literature. His work concentrates on nineteenth- and twentieth-century American fiction and poetry, with a particular interest in the uses of history in literature, the history of reading, and the connection between literature and education. He has published on Henry David Thoreau, Allen Ginsberg, Philip Roth, and Richard Powers, amongst others, and has edited two books on the connections between institutionalized reading habits and the production of literary value:  Reading Practices (Narr)and Reading the Canon(Winter). His first monograph is Pluralist Desires: Contemporary Historical Fiction and the End of the Cold War (Camden House). His next book will be a cultural history of US literary professionalism in the nineteenth century, tentatively titled Publishing Scoundrels: American Literature and the Professionalization of Authorship, 1790-1915.

http://www.as.uni-heidelberg.de/personen/Loeffler/

Edward Sugden (King College, London): “The Genealogy of Beyond”

Edward Sugden joined King’s in September 2013 after completing his PhD at the University of Oxford. His first book Emergent Worlds: Alternative States in Nineteenth-Century American Culture was published by New York University Press in 2018. His work has appeared in journals such as J19 and Leviathan, and in a number of essay collections. His “Marginal States: Herman Melville in the Marquesas, 1842” was recently published in The New Herman Melville Studies (dir. Cody Marrs, Cambridge UP, 2019) and he has an essay in the forthcoming edited collection Neither The Time Nor The Place (dir. Susan Gillman et Christopher Castiglia, University of Pennsylvania Press)

https://www.kcl.ac.uk/people/dr-edward-sugden

28 et 29 septembre 2018 – JE ODELA, ‘Publishing Contemporary Innovative/Experimental American Literature in the USA and in France Today’

Vendredi 28 septembre 2018 à 19h
Reading
An evening with mark DOTEN
Librairie Charybe
129 rue de Charenton – Paris 12e
(M° Gare de Lyon)

Mark DOTEN is the author of The Infernal (Graywolf Press, 2015) and features in Granta’s 2017 “Best of Young American Novelists” list. He is the author of the libretto of The Source, a modern-day oratorio about Chelsea Manning. His novel Trump Sky Alpha is forthcoming from Graywolf Press in 2019. Mark Doten also is the executive literary fiction editor at Soho Press, New York, and he currently teaches in Columbia University’s graduate writing program.

Samedi 29 septembre 2018
Journée d’étude
Université Paris Diderot
Salle 264E, Halle aux Farines, Place Pierre Vidal-Naquet, Campus Paris Rive Gauche (75013)

9h00 – Accueil

9h30-12h00 – Table ronde animée par Antoine CAZÉ (Université Paris Diderot), avec Mark DOTEN (écrivain et éditeur, Soho Press, New York), Nicolas RICHARD (écrivain, traducteur, Inculte Dernière marge) Joachim SCHNERF (écrivain et éditeur, Grasset, Paris)

14h00-16h00 – Présentation et discussion de The Infernal (2015) de Mark DOTEN, en présence de l’auteur. Animée par Brigitte FÉLIX et Stéphane VANDERHAEGHE (Université Paris 8)

mercredi 20 juin 2018 – Jacqueline-Bethel Mougoue, ‘Political Masculinities and Separatist Biographies in Cameroon’

Jacqueline-Bethel Mougoue (assistant professor of African history à Baylor University) interviendra sur ‘Political Masculinities and Separatist Biographies in Cameroon’.

La discussion avec Jacqueline-Bethel sera suivie d’un échange sur nos projets collectifs, présents et futurs, avec nos collègues de Paris 3 et Paris 13 et d’un pot.

texte à lire

June 2018 – three A19 seminar sessions with Chad Luck (California State University at San Bernardino), invited professor at the LARCA

A19 is pleased to announce a seminar series around Chad LUCK.

Chad LUCK is Associate Professor at California State University at San Bernardino. His research focuses on 18th- and 19th-Century American Literature and Culture; Literature and Philosophy; Critical Theory; Phenomenology and Phenomenological Criticism; Law and Literature; Property Theory. He is the author of The Body of Property: Antebellum American Fiction and the Phenomenology of Possession (Fordham UP, 2014).

Chad Luck has also published a number of essays, among which

  • George Lippard and the Rise of the Urban Gothic.” A Companion to American Gothic, ed. Charles Crow. Wiley-Blackwell, 2013.
  • “Re-Walking the Purchase: Edgar Huntly, David Hume, and the Origins of Ownership.” Early American Literature 44.2 (2009): 271-306.
  • The Epistemology of the Wonder-Closet: Melville, Moby-Dick, and the Marvelous.” Leviathan: A Journal of Melville Studies1 (2007): 3-23.
  • A Liberal Inheritance: Biology, Property, and the Limits of the Possessive Individual in Stoddard’s The Morgesons.” The Journal of the Midwest Modern Language Association1 (2007): 37-48.

Wednesday, June 13.  On Interest and the Interesting12pm-2pm (OdG 209, Paris Diderot)

Chad LUCK (Associate Prof., California State University at San Bernardino): The Point of Interest: Economics and Aesthetics in Irving’s The Money-Diggers and Melville’s The Confidence-Man.

Friday, June 15.  A19/LARCA symposium, 10.30am-4pm (OdG 164, Paris Diderot)

10.30am: Chad LUCK (Associate Prof., California State University at San Bernardino) : Sheppard Lee and the Utilitarian Social Body

Respondents : Antoine Traisnel (Assistant Professor, U. of Michigan, Ann Arbor) & Stephen Sawyer (Prof., American University of Paris)

14pm-16pm: Giorgio MARIANI (Prof., Sapienza, Roma): Are Stephen Crane and Ambrose Bierce the Inventors  of the American “Anti-War” Story?       

Antoine TRAISNEL (Ann Arbor): The Stock Image: Eadweard Muybridge and the Animal in the Age of its Technological Reproducibility. 

Giorgio MARIANI is Professor of American Literature at the ‘Sapienza’ University of Rome, where he coordinates the Doctoral Programin English-language literatures. His work has concentrated on nineteenth-century American writers (Emerson, Melville, Stephen Crane, and others); on contemporary American Indian literature; on literary theory; on the literary and cinematic representation of war. He has published, edited,and co-edited several volumes, including Spectacular Narratives. Representations of Class and War in the American 1890s (1992), Post-tribal Epics.The Native American Novel between Tradition and Modernity (1996) and Le parole e le armi (Words and Arms), a collection of essays on US discourses of war and violence from the Puritans to the first Gulf War. His essays and reviews have appeared in many journals, including American Literary HistoryStudies in American Fiction, RIAS, RSA Journal, Stephen Crane Studies. His latest book is titled Waging War on War. Peacefighting in American Literature (University of Illinois Press, 2015).

Antoine TRAISNEL is assistant professor of English and Comparative Literature at the University of Michigan. He has published in the fields of American, French, and German literature and philosophy. He is the author of Hawthorne: Blasted Allegories (2015), coauthor of Donner le change: L’impensé animal (2016), with Thangam Ravindranathan, and translator of Sheppard Lee (2017). He is currently completing a book titled Life in Capture: Animal Pursuits and the New Logic of Life in Early America.

http://next.liberation.fr/livres/2017/09/29/sheppard-lee-ne-manque-pas-de-peaux_1599839

Wednesday, June 27. Literature and American (Literary) History. 12pm-2pm (OdG 209, Paris Diderot)

Chad LUCK (Associate Prof., California State University at San Bernardino), about his book The Body of Property: Antebellum American Fiction and the Phenomenology of Possession (Fordham UP, 2014), more specifically about the chapter « Anxieties of Ownership: Debt, Entitlement, and the Plantation Romance. »

Caroline LEVANDER (Carlson Professor in the Humanities, Professor of English, Rice University). De-Ciphering American Literature: 1945-1840-2016

 Caroline LEVANDER is Carlson Professor of Humanities and English at Rice University, and Vice President for Global and Digital Strategy. She is author of, amongst others, Voices of the Nation: Women and Public Speech in Nineteenth-Century American Culture and Literature (Cambridge University Press, 1998, paperback reprint 2009), Cradle of Liberty: Race, the Child and National Belonging from Thomas Jefferson to W.E.B. Du Bois (Duke University Press, 2006), Where is American Literature? (Wiley, 2013) and co-editor of a number of edited collections such as Hemispheric American Studies (Rutgers UP, 2008) and Companion to American Literary Studies (Wiley, 2011), both of them with Robert Levine. Levander’s current book is an alternative cultural history of American political life, entitled Confounding Fathers: The Hidden History of the Men Who Threatened to Make America Great. She is the recipient of numerous grants and fellowships from the Rockefeller Foundation, the Fulbright Program, the Mellon Foundation, the National Endowment for the Humanities, the National Humanities Center, the Huntington Library, the Brown Foundation, the Moody Foundation, and the Institute of Museum and Library Science’s National Leadership grant. Her latest book, with Matthew Pratt Guterl, Hotel Life: the Story of a Place Where Anything Can Happen (UNC Press, 2015) is about the everyday work of one of the world’s most fascinating and strange institutions.

Thursday, March 15, 2018, 12-14, FLT invites Elizabeth Duquette (Gettysburg College), OdG 830

FLT invites Elizabeth Duquette for a talk and discussion about the forthcoming forum (to be published in J19: The Journal of Nineteenth-Century Americanists):

« Afterlives of American Racism »

ALL WELCOME!

Les textes à lire sont disponibles ici.

Elizabeth Duquette received her B.A. in Philosophy from Dartmouth College and her Ph.D. in American Literature from New York University.  Her first book–Loyal Subjects: Bonds of Nation, Race, and Allegiance in Nineteenth-Century America (Rutgers UP, 2010)--explored the idea of loyalty in the postbellum United States. With Gettysburg graduate Cheryl Tevlin, she co-edited Elizabeth Stuart Phelps: Selected Tales, Essays, and Poems (U of Nebraska P, 2014). Her current book project, Napoleonic Codes: Tyranny and Ubiquity in the Nineteenth-Century United States, offers an alternative history of the American political imagination in the nineteenth century, recovering the close, but often ignored, relationship between democracy and tyranny.

Amongst Duquette’s most recent  articles are « The Man of the World, » American Literary History 27:4 (2015), 635-664; « The Pleasures of Occasional Vitriol, » J19 3:2 (2015), 220-228; « The Office of The Dead Letter, » Arizona Quarterly 69:4 (2013), 25-58; “Making an Example: American Literature as Philosophy,” The Oxford Handbook of Nineteenth-Century American Literature, ed. Russ Castronovo (Oxford UP, 2012), 343-357; and « Pierre‘s Nominal Conversions, » Melville and Aesthetics, eds. Samuel Otter and Geoff Sanborn (Palgrave, 2011), 117-135.

With Stacey Margolis, Elizabeth Duquette edits J19: The Journal of Nineteenth-Century Americanists.

Please note that Elizabeth Duquette will also give a talk at A19, on Friday, March 16, 2pm-4pm, OdG 163: « Melville’s The Confidence-Man Between Genres. » https://a19.hypotheses.org/

Les textes à lire sont disponibles ici.

Vendredi 2 février 2018 – séminaire commun EDLM, FLT, A19

« Ecrire depuis les marges : Nos théories, nos pratiques »
et
« Frontières du Littéraires » / A19

Vendredi 2 février
OdG 830

12h-14h

Sources ou documents pour les historiens depuis les années 1960, les récits d’esclaves font aussi l’objet de l’attention des littéraires, en Amérique du nord notamment. Sans doute est-il temps de jeter un nouveau regard sur ce « canon littéraire » africain-américain, qui joue également le rôle de pilier des études sur l’esclavage antebellum. Quelles questions nouvelles peut-on poser sur ce corpus ? Les récits d’esclaves font-ils « littérature », font-ils « histoire » ou « philosophie », et comment? Nous empêchent-ils de voir d’autres formes d’« expression écrite africaine-américaine » ?

Chacun et chacune des intervenants et intervenantes à cette table ronde s’appuiera sur un ou deux textes théoriques déposés sur le site de FLT pour expliquer comme elle/il théorise son approche des récits d’esclaves dans un dialogue résolument interdisciplinaire. Temps de parole : 15 mn. Les interventions seront suivies d’un débat.

Intervenant-e-s : Thomas Constantinesco (LARCA, Paris Diderot), Sandrine Ferré-Rode (Institut d’études culturelles et internationales (IECI, St Quentin en Yvelines), Claire Parfait (PLEIADE, Paris 13) et Marie-Jeanne Rossignol (LARCA) directrices de la collection « Récits d’esclaves » aux PURH.

Discutant Michaël Roy (CREA, Paris Ouest-Nanterre)

Présentation du séminaire : Marie-Jeanne Rossignol (LARCA, Paris Diderot), Cécile Roudeau (LARCA, Paris Diderot)

PS : Les participants sont invités à prendre connaissance des textes disponibles ici

Claire Parfait« Le récit d’esclave : une source pour l’histoire de l’esclavage, » La revue du Philanthrope, n°5, Écrire sur l’esclavage, co-dirigé par C. Parfait et M-J Rossignol, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014 : 17-28.

Lloyd Pratt, « The Deprivation of Time in African-American Life Writing », Archives of American Time : Literature and Modernity in the Nineteenth-Century, University of Pennsylvania Press, 2010, 157-186.

Marie-Jeanne Rossignol, « William Wells Brown, du témoin à l’historien »,  p 1-10.

Marcus Wood, « Seeing is Believing, or Finding ‘Truth’ in Slave Narrative: The Narrative of Henry Bibb as Perfect Misrepresentation, » Slavery and Abolition, 18. 3, 1997, p. 174-211.

Contact cecile.roudeau@gmail.com

vendredi 10 novembre 2017 – séminaire commun EDLM et FLT

« Ecrire depuis les marges : Nos théories, nos pratiques »
et
« Frontières du Littéraires »

Vendredi 10 novembre
OdG 830–12h-14h

La carte à l’épreuve de la photographie et de la littérature

Julien NEGRE, ENS LSH Lyon :  Cartes et cartographies dans les textes de Thoreau

Jordi BALLESTA, CIEREC, Université Jean Monnet : David Lowenthal, à travers l’Amérique vernaculaire.  Voyage photographique et enquête extensive

Discutant: François BRUNET (LARCA)

PS : Les participants sont invités à prendre connaissance des textes disponibles ici 

Organisatrices : Marie-Jeanne Rossignol, Mélanie Torrent, Cécile Roudeau

Contact : cecile.roudeau@gmail.com

Friday, April 28, 2017 – Literature and Politics – FLT and Paris Diderot LARCA invite George Shulman and Juliette Utard

 

FLT/A19 and LARCA (Research Laboratory in Anglophone Culture, Paris Diderot) invite George Shulman (Gallatin School, NYU) and Juliette Utard (Paris Sorbonne, VALE, LARCA-CNRS) on Friday, April 28, 2017.

The seminar will take place at 2 pm, at Université Paris Diderot, Bât. Olympe de Gouges, room 163.

George Shulman (Gallatin School of NYU): « Postmortem Effects: Impasse and Genre in American Politics and Literature »

« At a moment of historical impasse and national division, George Shulman claims that profound insight is found not in the texts typically canonized as « American Political Thought, » but in the fictions and poetry of literary artists from Melville and Whitman to Faulkner, Ellison, and Morrison. To explore what is unspeakable in American politics, its unsaid axioms and disavowed conditions of possibility, the literature repeatedly forgoes a realist aesthetic; instead, literary artists use genres of fabulation to dramatize how national romances of self-making and more perfect union generate tragedy, ghosts, horror, and farce. Representing the return of what is repressed by prevailing political languages of liberalism, nationalism, and individualism, such fictions at once probe and embody the meaning of the political by dramatizing the fictionality at its core. »

George Shulman teaches Political Theory and American Studies at The Gallatin School of Individualized Study at New York University. He received his PhD in Political Science and American Studies from University of California, Berkeley, in 1982. The American Political Science Association awarded his second book, American Prophecy: Race and Redemption in American Politics (2008, Minnesota) the David Eastman Prize for « best book in political theory. » He has published essays relating political theory and literary studies, as well as Political Theology and Critical Race Theory.

Juliette Utard (Paris-Sorbonne, VALE, LARCA-CNRS): The American Poetry Collection and the Trials of Federal Democracy: “Necro Citizenship” in Spoon River Anthology (1915) by Edgar Lee Masters
Looking at American poetry from the vantage point of the US model of federal democracy, this talk undertakes a (political) reading of Edgar Lee Masters’ striking collection of epitaph-poems Spoon River Anthology (1915, 1916) a hundred years after it was first published. Not quite the nostalgic, agrarian myth of rural Midwest it has come to embody, Spoon River Anthology uncovers a vast necropolis where the (dis)united dead of America lie side by side as “necro citizens.” “[T]he only democracy—the graveyard” then, as one of the poems suggests? Russ Castronovo reminds us that “Not all subjects lie still in democracy’s graveyard.” In fact a hundred years on, Spoon River Anthology reads as a critical laboratory of democracy that repeatedly challenges the US political model, investigating modes of poetic assemblage together with new forms of political assembly.

Juliette Utard teaches American literature at the University of Paris-Sorbonne and is currently on leave at LARCA. She is the author of Wallace Stevens : Une poétique du fini (forthcoming, Honoré Champion) and co-editor of Wallace Stevens, Poetry and France (forthcoming, “Actes de la Recherche,” Éditions rue d’Ulm). Her current research focuses on the American poetry book and its editorial, critical and political issues in the digital age.

Jan 17, 2017, 6.30pm @ AUP – FLT and Center for Critical Democracy invite Simon During

41vjytlvcal-_sx331_bo1204203200_ Pr. Simon During (University of Queensland, Australia) will give a talk on his book Against Democracy : Literary Experience in the Era of Emancipations (Fordham UP, 2012) at the American University of Paris, 6 rue Colonel Combes, 75007 at 6:30pm on January 17, in room 102.

The talk will be hosted by the Center for Critical Democracy at AUP and “Frontières du littéraire” (LARCA-UMR 8225).

Simon During is invited Professor at Université Paris 13 from January 9 to January 20, 2017. He has published a number of books among which

  • Exit Capitalism : Literary Culture, Theory and Post-Secular Modernity (Routledge, 2009)
  • Modern Enchantments : The Cultural Power of Secular Magic (Harvard UP, 2002)

Please register in advance by sending an email to ssawyer@aup.edu with the title « Simon During registration”.

For further information pleace contact Pr. Cécile Roudeau cecile.roudeau@gmail.com or Pr. Stephen Sawyer sawyer@aup.edu

Thursday, Jan 12, 2017, 12.30pm, Brown Bag – FLT and Lumières et Modernités invite Simon During

Pr. Simon During (University of Queensland, Australia) will give a talk entitled

“Anglicanism and English Literary Culture, 1688-1945”.

at Université Paris Diderot. The talk will be hosted by « Frontières du littéraire » and « Lumières et Modernités » (LARCA-UMR 8225)

Pr. Jeffrey Hopes (Université de Tours) and Alice Monter (PhD candidate/ LARCA) will be discussants.

Simon During is invited Professor at Université Paris 13 from January 9 to January 20, 2017. He has published a number of books among which

  • Against Democracy : Literary Experience in the Era of Emancipations (Fordham UP, 2012)
  • Exit Capitalism : Literary Culture, Theory and Post-Secular Modernity (Routledge, 2009)
  • Modern Enchantments : The Cultural Power of Secular Magic (Harvard UP, 2002)

This brown-bag seminar will take place on Thursday, January 12 at 12.30 pm, room 830, Bâtiment “Olympe-de-Gouges,” 8 place Paul-Ricoeur, 75013, métro/RER Bibliothèque François-Mitterrand, Paris. plan-olympe-de-gouges.

 

lundi 13 juin 2016 – réunion de l’axe

Notre dernière rencontre de l’année aura lieu le 13 juin, a priori en salle 830. Trois points sont pour l’instant à l’ordre du jour :

Nous entendrons une communication de Clémence Folléa (« Dickens Excentrique : Persistances du Dickensien »), qui a accepté de venir nous parler de la façon dont sa thèse, sous la direction de Sara Thornton, rencontre la question des “frontières du littéraire.”

Il nous faudra aussi faire un bilan de cette année et envisager les projets pour l’année 2016-2017. Nous avons donc besoin de toutes les forces vives de l’axe!

J’ai ensuite invité, à 11h, M. Gael Martin (des éditions Mare & Martin) à venir nous présenter le projet de collection que nous avons évoqué la dernière fois. Il viendra, m’a-t-il dit, avec M. Fabrice Defferard, le directeur éditorial des éditions. Il est donc important que nous lui posions les questions qui nous permettraient de mesurer l’opportunité d’un tel projet pour le Larca, et pour “Frontières du littéraire.”