Littérature et présent

Responsables : Catherine Bernard, Thomas Constantinesco, et Cécile Roudeau

Dans son discours de réception du Prix Nobel (1990), Octavio Paz définit la littérature comme une quête infinie du présent, présent toujours déjà évanoui de la sensation, présent de la modernité en actes. Ce présent peut être celui de l’immersion phénoménologique dans le moment, comme c’est le cas dans une large part de la fiction moderniste ; ce présent fluide et labile est aussi le moment d’une confrontation avec le présent de la polistel qu’il s’inscrit dans l’acte de lecture. John Dos Passos ou Virginia Woolf ne disent rien d’autre quand ils inventent une forme qui serait aussi du moment, de l’époque, en prise directe avec les bouleversements de leur temps.

Longtemps le face à face de la littérature avec son époque parut suspect. Le travail de la mimesis semblait inféoder la littérature à une transitivité qui privait la littérature de sa littérarité et par extension de sa visée poétique. C’était faire peu de cas de l’indirection médiale de la mimesis telle que la définit déjà Aristote. C’est dans cette indirection que se dessine la puissance de désajointement de la littérature, relation dialectique que Theodor Adorno perçoit à l’œuvre dans Fin de partieet qui, selon Fredric Jameson, fonde le travail symbolique de la littérature. Déceler cette relation dialectique telle qu’elle travaille l’écriture et telle qu’elle est en retour inventée par la langue, c’est tenter de comprendre en quoi la littérature regarde le présent, nous regarde aujourd’hui.

Chaque époque invente cette relation dialectique ; chaque époque invente aussi les concepts, les catégories qui articulent cette relation. Chaque tradition littéraire négocie cette relation de l’intérieur d’une histoire qui est aussi celle des institutions littéraires, des modes de canonisation et des façons de lire. En faisant dialoguer des spécialistes de littérature britannique et américaine, mais aussi d’autres aires anglophones, ce chapitre se propose d’éclairer les ressorts de l’acte d’écriture et de lecture au présent. Comment, pourquoi lisons-nous de la littérature contemporaine ? L’idée même de « littérature contemporaine » a-t-elle une histoire et laquelle ? Comment la littérature se porte-elle aux confins d’elle-même, comme hors d’elle-même, pour s’immerger dans la matière même du présent qu’elle met en formes et nous donne à comprendre ? Lisons-nous autrement qu’au présent ?

Rédigé sous la forme d’une table ronde, ce chapitre vise à aussi interroger la manière dont la critique issue de l’aire anglophone dialogue avec son présent et les catégories qui interrogent l’epistemede la littérature : de l’histoire des processus de canonisation aux interrogations les plus récentes sur la nécessité de dépasser la critique même (voir les travaux de Rita Felski ou de Timothy Aubry encore peu connus en France). Il vise donc à faire le point sur certains des développements importants de la critique quand elle tente de se penser « post-critique ».