Penser la littérature au présent

Responsables : Catherine Bernard, Thomas Constantinesco, et Cécile Roudeau

Les contributions qui composent cette section se donnent pour objet d’interroger les relations entre la littérature et son contexte, ou encore son présent. L’idée est de confronter différents points de vue disciplinaires représentatifs de cultures littéraires et de contextes historiques divers. Cette réflexion est nécessairement en devenir, et le texte est donc amené à évoluer, à mesure que d’autres membres du laboratoire s’empareront des interrogations et des références ici mises en commun. Si les échanges pourront sembler parfois inchoatifs, inachevés, nous avons préféré conserver cette liberté formelle et pensé cet échange comme un espace ouvert, dans lequel des spécialistes de littératures anglophones d’aires et de périodes différentes dialoguent de manière impromptue et mettent en commun leurs propres lectures des enjeux soulevés. Cet échange doit aussi se lire comme ouvrant des points d’accès vers d’autres interrogations, d’autres lectures encore ; et c’est ainsi qu’il nous a semblé utile de renvoyer par hyperliens vers des références clés qui alimentent notre réflexion commune dans sa diversité.

Le format choisi est celui de la table ronde, qui permet d’interroger la manière dont la critique issue de l’aire anglophone dialogue avec son présent et les catégories qui interrogent l’episteme de la littérature : de l’histoire des processus de canonisation aux interrogations les plus récentes sur la nécessité de dépasser la critique même (voir les travaux de Rita Felski ou de Timothy Aubry encore peu connus en France). Elle vise donc à faire le point sur certains des développements importants de la critique quand elle tente de se penser « post-critique ».

 

  • Le texte qui suit se donne pour objet d’interroger les relations entre la littérature et son contexte, ou encore son présent. Le format choisi est celui de l’échange, sur le mode d’une table ronde, car il permet de confronter différents points de vue disciplinaires représentatifs de cultures littéraires et de contextes historiques divers. Cette réflexion … Lire la suite
  • Dans son discours de réception du Prix Nobel (1990), Octavio Paz définit la littérature comme une quête infinie d’un présent qui nous immerge dans la réalité: « The search for the present is neither the pursuit of an earthly paradise nor that of a timeless eternity: it is the search for a real reality ». Pour … Lire la suite
  • On voit donc qu’il convient de parler des présents de la littérature. Le présent de l’expérience – expérience poétique, expérience de la lecture – et le présent historique étant deux modalités du présent qui ne se superposent pas parfaitement ; voire, elles pourraient même s’opposer ou être en tension, tant le grand récit de … Lire la suite
  • Penser la relation littéraire comme une relation oblique implique déjà que le présent du poème, du texte, ouvre à une expérience spécifique, irréductible à toute autre expérience ; voire une expérience qui, parce qu’elle serait émancipatrice, disqualifie la relation référentielle au présent historique. Peut-on se satisfaire encore de cet antagonisme ? La puissance émancipatrice … Lire la suite
  • On le voit dans la discussion qui se noue ici, le présent du texte pris dans sa relation oblique au présent n’est plus le présent du texte tel qu’hypostasié par le New Criticism ou le post-structuralisme français. Cette lecture d’un présent immanent à la littérarité a-t-elle pu constituer et constitue-t-elle encore le telos de … Lire la suite
  • Quid, dans cette poétique textualiste, de la puissance non pas heuristique, mais herméneutique du texte ? La littérature peut-elle, sans renoncer à sa puissance heuristique, aussi nous apprendre à lire le monde ? On sait la montée en puissance de pensées éthique, politique de la littérature dans l’aire anglophone. Ces approches invalident-elles le savoir indirect de … Lire la suite
  • Dans son ouvrage essentiel à la redéfinition du travail de la référentialité, The Political Unconscious (1981), Fredric Jameson s’appuie sur le concept de semi-autonomie, ou « autonomie relative », introduit par Louis Althusser dans Lire le capital, pour comprendre la relation indirecte que la littérature comme « acte symbolique » entretient avec son présent. Sommes-nous contraints de définir … Lire la suite
  • Plus récemment, Giorgio Agamben, dans le sillage des théories de l’intempestivité, a défini le contemporain comme ce qui est d’emblée en décalage avec son présent, comme trop venu (Qu’est-ce que le contemporain ? [2008]). Cette vision nietzschéenne du contemporain nous aide-t-elle à comprendre la relation de la littérature au présent ? En d’autres termes, la relation … Lire la suite
  • Le fait que nous abordions la littérature à partir de périodes différentes, et d’objets littéraires différents doit aussi, nous l’avons dit, nous amener à penser la manière dont chaque tradition construit la relation de la littérature au présent. Toutes ces questions ont-elles une égale pertinence quelle que soit l’époque, ou sont-elles d’entrée de jeu … Lire la suite
  • Les littératures plurielles – littératures post-coloniales, littératures monde – change-t-elle l’équation de ces questionnements ? Nous forcent-elles à penser cette relation au présent sous un jour différent ? Un jour nouveau ? Ou, une fois encore, la question elle-même reste-t-elle encore trop simpliste ? Peut-on trouver au sein même des littératures britannique ou américaine des façons de queer … Lire la suite
  • Nous pourrions reformuler encore la question et nous demander : à la lumière de ces contextes littéraires et institutionnels divers, quelles questions oublions-nous, de manière récurrente, de poser ? Quelles questions faudrait-il poser encore, qui nous éclaireraient sur la relation de la littérature au présent ? Ces questions manquantes peuvent-elles nous venir de l’intérieur de nos traditions … Lire la suite