Cultures populaires

Responsables : Emmanuelle Delanoë-Brun, Clémence Folléa

Le littéraire est-il du domaine du livre ? A l’heure où disparaît le livre, dématérialisé, la question de sa substance se pose, tandis qu’en dehors de ses pages s’impose aussi le récit, politique ou national, le marketing triomphant du storytelling. Le littéraire, en d’autres termes, est-il du domaine des lettres, du matériau dont on fait les livres ? Comment survit-il, dans l’excès des publications commercialisées comme des produits de consommation courante, distribuées en réseau, ou par l’entremise de grandes surfaces de la culture ? Installant la réflexion dans une interrogation des conditions de production et de diffusion de la littérature, dans la continuité de questionnements soulevés par Jim Collins (Bring on the Books for Everybody, 2010), cette section interrogera les relations entre littérature et production culturelle – une question qui n’est en rien nouvelle mais s’oublie dans le mouvement de cristallisation du canon et des distinctions esthétiques et sociales. Il s’agira de considérer comment le littéraire est advenu, avant le livre, puis s’est développé, produit d’une économie du livre naissante, faite de circulations, de réécritures, d’appropriations et de traductions. Il s’agira ensuite d’envisager comment le littéraire ne cesse de déborder le livre, engageant la littérature dans un dialogue constant avec d’autres média, dans une transmédialité foisonnante où d’abord théâtre, performance, puis cinéma, séries télévisées, ou jeux vidéo s’enrichissent de formes de dissémination et d’inséminations croisées – dans une dynamique qui remet en question le rapport du lecteur, du spectateur, avec ces univers de récits en expansion. Réfléchissant la question des hiérarchies culturelles à l’aune des économies et des hiérarchies littéraires passées, on pourra aussi considérer comment les nouveaux territoires du littéraire contribuent à entretenir la vitalité d’une littérature tantôt sanctuarisée en facteur de distinction culturelle, tantôt rangée au magasin des accessoires culturels passés – « the old curiosity shop » de la littérature.