Frontières sonores du littéraire

Responsable : Abigail Lang

 L’invention des techniques d’enregistrement à la fin du XIXe siècle (particulièrement la phonographie et la cinématographie) a entamé le privilège de l’écriture comme moyen par excellence de consignation de la parole et de conservation de la mémoire. L’histoire de la littérature au XXe siècle se comprend en partie comme celle d’un ajustement motivé par la concurrence de ces nouveaux supports, et des arts et pratiques culturelles qui s’y développent (cinéma, radio…). On a pu craindre que ces nouveaux médias, amplifiés par le métamédia qu’est l’ordinateur, signeraient la mort de la littérature et la fin du livre au profit d’une hégémonie de l’écran. Nous n’en sommes plus là et les archéologues des médias ont amplement montré qu’un nouveau media ne venait pas simplement se substituer à un autre. L’écologie des médias est complexe et elle s’est considérablement densifiée ces dernières décennies. Et si la littérature, dans son acception étroite, a indubitablement perdu des parts de marché, le littéraire fait retour dans de nouvelles productions culturelles qui requièrent notre attention : livres audio, lectures publiques, podcast… L’ubiquité du son enregistré dans nos vies actuelles nous invite aussi à reconsidérer la période pré-Edisonienne d’un point de vue sonore. Dépositaire des voix et des pensées, la littérature se présente comme un fonds privilégié pour recouvrer des données (data mining) sur les cultures de l’écoute.