Question 4 : entre new historicism et post structuralisme : penser le présent de la littérature entre deux cultures littéraires

Q. On le voit dans la discussion qui se noue ici, le présent du texte pris dans sa relation oblique au présent n’est plus le présent du texte tel qu’hypostasié par le New Criticism ou le post-structuralisme français. Cette lecture d’un présent immanent à la littérarité a-t-elle pu constituer et constitue-t-elle encore le telos de notre pensée de la littérature ?

Thomas Constantinesco : Sans doute cette question se pose-t-elle différemment selon les traditions nationales et les époques, mais il est certain que le New Criticism et le post-structuralisme ont nourri, sans que je m’en rende compte, ma propre éducation à la littérature. La fréquentation de la critique américaniste, voire de la critique littéraire telle qu’elle se pratique aux États-Unis (car il faudrait aussi distinguer ce qui relève des histoires littéraires nationales et ce qui relève des histoires nationales de la critique), m’a toutefois conduit, sinon à opérer un virage historiciste, du moins à désormais toujours envisager l’expérience littéraire sur le fond de son inscription nécessairement problématique dans l’histoire. La différence tient peut-être à une question de point de vue ou d’orientation du regard : si nos collègues américains semblent partir de phénomènes ou de transformations historiques et culturelles dont les textes littéraires seraient l’illustration ou la contestation (ou les deux à la fois), il me semble qu’en France nous partons encore du texte et de son agencement propre, de son fonctionnement interne, pour envisager ensuite sa confrontation à une série de contextes possibles. À cet égard, l’un des derniers « tournants » de la critique aux États-Unis n’est pas sans pertinence : le sentiment d’épuisement qui accompagne aujourd’hui les modèles interprétatifs fondés sur une « herméneutique du soupçon » ont permis le retour sur le devant de la scène de questions esthétiques, non pas pour céder à un retour vers le New Criticism, accusé de s’être détourné de l’histoire et d’avoir privilégié une vision autotélique de l’œuvre, mais pour donner un nouveau souffle à ce que Rancière appelle « la politique de la littérature », résolument envisagée depuis un bord esthétique ; on peut ici renvoyer à l’ouvrage de Rita Felski The Limits of Critique (2015) et au collectif qu’elle a dirigé avec Elizabeth S. Anker Critique and Post-Critique (2017).

Catherine Bernard : L’héritage du New Criticism et du textualisme doit encore être pensé et historicisé. Notre appartenance, en tant que spécialistes des littératures anglophones, à deux cultures critiques doit pouvoir nous permettre d’historiciser notre propre position à l’égard de cet héritage et aussi de penser non pas le dépassement du textualisme, mais la manière dont, dans tout un pan de la critique littéraire, outre-Manche outre-Atlantique, et dans l’aire anglophone large, l’attention au texte a été un puissant levier permettant de comprendre l’efficience historique de la littérature, son agentivité. En France, la philosophie a pu permettre ce travail de suture entre deux approches du texte (voir une fois encore Jacques Rancière, surtout dans ses textes les plus récents, ou encore l’intérêt que Frédéric Worms porte à la littérature anglaise du xixe siècle). Mais il convient encore de faire l’archéologie de certains concepts structurant notre pensée de la littérature : des catégories qui ont encore et toujours à voir avec la rupture, la fracture, le dissensus.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search