Question 3 : “être au présent” du texte vs présent historique : un antagonisme?

Q. Penser la relation littéraire comme une relation oblique implique déjà que le présent du poème, du texte, ouvre à une expérience spécifique, irréductible à toute autre expérience ; voire une expérience qui, parce qu’elle serait émancipatrice, disqualifie la relation référentielle au présent historique. Peut-on se satisfaire encore de cet antagonisme ? La puissance émancipatrice du présent du texte, du texte comme « être au présent », épuise-t-elle la valeur du texte ? Ou peut-on imaginer une pensée de la littérature qui permette de penser ensemble « l’être au présent » du texte et son présent historique ?

Catherine Bernard : À la réflexion, je me demande si cette question n’est pas plus pertinente pour l’expérience de l’œuvre d’art visuelle. Celle-ci, depuis l’entrée dans l’abstraction a été lue comme l’espace-temps d’une expérience hors du temps, pur présent heuristique. Ceci explique l’injonction d’autonomisation de l’œuvre d’art. Mais on pourrait utilement se demander si cette injonction vaut de la même manière dans le domaine de la littérature, voire si cette injonction n’est pas plus spécifique à certains genres littéraires : la poésie en particulier ; sur cette question, on peut renvoyer à la poétique de Laurent Jenny dans La parole singulière.

Béatrice Trotignon : La question des genres littéraires est bien sûr une question cruciale. Une part conséquente de la littérature américaine contemporaine se poste à la frontière de la fiction, de la diégèse. La littérature revendique alors la possibilité d’expérimenter en recherchant une forme « d’idiotie » de la langue, par le biais de la répétition par exemple qui présentifie la langue.

Ladan Niayesh : Là encore, le théâtre investit le présent de la langue d’une manière singulière, puisque le langage y est porté par la performance. Le présent dans la langue se bat sans fin pour occuper la scène.

Richard Katz, Nadia Nadarajah et James Garnon dans As You Like It, au Globe, 2018. Photo Tristram Kenton

Mathieu Duplay : Oui, mais là encore il convient de repenser les frontières génériques. Gertrude Stein, par exemple, dans Tender Buttons investit la fiction par le biais de la description. Une description infinie qui ne travaille pas la langue par la répétition, mais par une poétique du présent, tout en sachant que ce présent manque et que l’écriture le manque. Mais il n’y a rien là de sombre, mais bien un plaisir du dire, du déploiement de la réalité en ses objets et lieux.

Gertrud Stein

Cécile Roudeau : Un déploiement auquel il faut aussi ajouter le présent de l’expérience de lecture bien sûr.

Béatrice Trotignon : Oui, et penser encore ce présent en lien intime avec le corps qui produit cette expérience.

Cécile Roudeau : Terence Cave dans Thinking with Literature (2016) insiste sur cet enroulement de l’expérience et du savoir de la littérature. Selon lui, nous devons travailler à défaire la tension entre connaître et sentir. Pour ce faire il emprunte la catégorie de « cognitive affordance » à James J. Gibson pour comprendre le fait littéraire et ce qu’il produit ou induit.

Catherine Bernard : Ceci impose de penser le présent de la littérature en ses effets autant, voire plus encore que comme un paramètre immanent à la littérarité.

Cécile Roudeau : La critique a de même insisté sur la pertinence d’une lecture kinésique qui rendrait justice au présent partagé de l’expérience littéraire. Le présent de la littérature serait donc ce va-et-vient entre topique ou histoire et expérience. Il serait à la fois historique et expérientiel, ce qui permettrait de retravailler le concept aristotélicien du présent topique.

Daniel Jean : Un écrivain comme Eric Vuillard procède ainsi. La phrase, selon lui, prend l’histoire en charge. Une fois le travail de recherche accompli, il revient à la phrase de se charger de l’histoire.

Jean-Marie Fournier : C’est précisément ce qui fait, par exemple, la puissance de l’ironie chez Jane Austen, et sa relation complexe, biaisée à l’histoire : évacue-t-elle l’histoire, comme George Steiner se plaît à le dire ? Ou l’histoire résonne-t-elle dans la phrase même ?

Ladan Niayesh : Le New Historicism aura précisément posé cette même question. Comment l’histoire résonne-t-elle dans la phrase ?

Clémence Folléa : Ce travail de la phrase et sa puissance de résonance historique sont cela même qui structurent les phénomènes de résonance ou de persistance que l’on trouve dans nombre de textes contemporains qui joue et se jouent de l’esthétique « neo- ».


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search