Question 2 : Présent de l’expérience, expérience de la lecture : les présents de la littérature

Q. On voit donc qu’il convient de parler des présents de la littérature. Le présent de l’expérience – expérience poétique, expérience de la lecture – et le présent historique étant deux modalités du présent qui ne se superposent pas parfaitement ; voire, elles pourraient même s’opposer ou être en tension, tant le grand récit de la modernité littéraire nous a appris que le présent du poème nous émancipait du présent référentiel. Ici encore, on peut se demander si cette tension a toujours été présente ou si elle a un début, une histoire et s’il convient donc aussi d’en interroger la pensée périodique ?

Thomas Constantinesco : Ici encore, Emerson est une figure révélatrice. Le présent de ses principaux essais semble être un présent éternel et sa rhétorique est largement commandée par une logique de la transcendance, héritée du platonisme, qui invite à détourner les yeux d’un réel jugé illusoire ou trompeur pour porter le regard vers l’univers spirituel, censément plus réel ou du moins plus authentique. De ce point de vue, le présent serait celui de la révélation, présent d’une expérience épiphanique qui arrache le sujet au temps linéaire et le porte vers l’universel. À cette première modalité de la temporalité s’oppose une seconde, orientée selon une perspective téléologique, qui voit dans le présent le signe avant-coureur d’un avenir glorieux. En ce sens, le présent est voué à disparaître et n’a de sens, au double sens de direction et de signification, qu’en tant qu’il est vectorisé vers son propre dépassement. Dans les deux cas, toutefois, le présent en tant que présent historique manque à sa place, et c’est ce qui a longtemps conduit plus d’un lecteur à voir en Emerson l’archétype du philosophe enfermé dans la tour d’ivoire de l’intellect, indifférent à la réalité socio-politique de son époque. La critique récente a toutefois largement révisé ce portrait d’un Emerson hors du temps et on le lit de plus en plus comme un écrivain aux prises avec les grandes questions de son temps, depuis la crise financière qui secoue les États-Unis à la fin des années 1830 à la crise de l’esclavage qui précipite le pays dans la Guerre de Sécession. Mais la relation qu’il entretient avec son époque demeure « oblique », pour emprunter un mot cher à Emily Dickinson à qui il s’applique peut-être encore mieux. Allusive, indirecte et paradoxale, telle serait peut-être la façon dont ces deux écrivains se rapportent à leur présent historique depuis le présent de leur texte. Du reste, pour en revenir aux expressions « the signs of the times » ou « the spirit of the times », on notera que le présent que vise la littérature est toujours déjà, si l’on peut dire, pluriel, disjoint peut-être par l’acte même de la représentation. Et dans cet écart du présent à lui-même peut se loger la distinction entre présent de l’expérience et présent historique.

Catherine Bernard : La relation « oblique » d’Emerson à son temps est peut-être le propre de la représentation telle qu’elle est pensée dans l’histoire de l’esthétique occidentale. Cette esthétique n’aura cessé de tenter d’émanciper la représentation de la transitivité, du terme à terme, pour hypostasier l’indirection. Fredric Jameson revendiquant l’héritage de Louis Althusser dans The Political Unconscious (1981), ne dit rien d’autre quand il pose « l’autonomie relative » des différentes instances du système idéologique – et donc du régime artistique – les unes par rapport aux autres. Cette « oblicité » peut sans doute être rapportée au vaste régime allégorique qui domine dans la critique moderne (voir les travaux de Paul de Man, mais aussi de Terry Eagleton sur Wuthering Heights ou des New Historicists comme Stephen Greenblatt). La place centrale qui est faite aux propositions théoriques de Walter Benjamin sur l’allégorie est elle-même symptomatique du triomphe de l’allégorie dans la poétique de l’herméneutique qui, pour une large part, domine la critique depuis une quarantaine d’années. Voir encore Les bords de la fiction de Jacques Rancière, dans lequel le philosophe fait, pour sa part, de la métaphore le levier même de cette intellection critique : « Mais la métaphore est autre chose qu’une manière imagée d’exprimer une pensée. Elle est, bien plus profondément, une manière d’inscrire la description d’un état de choses dans la topographie symbolique qui détermine les formes de la visibilité » (p. 22).

« Mais la métaphore est autre chose qu’une manière imagée d’exprimer une pensée. Elle est, bien plus profondément, une manière d’inscrire la description d’un état de choses dans la topographie symbolique qui détermine les formes de la visibilité » (p. 22).

Mais le présent du régime mimétique n’est en effet qu’une modalité d’un présent pluriel et je renvoie ici aux propos, à l’instant, de Thomas Constantinesco. Le présent expérientiel et intime (voir ce que nous avons déjà dit à propos des « spots of time ») est-il imbriqué dans le présent historique ? Lui est-il adjacent ? La lecture allégorique de la littérature aura tenté d’inféoder le présent phénoménologique au présent historique (voir à nouveau Les bords de la fiction de Jacques Rancière et en particulier le chapitre consacré au « moment quelconque » si central au Modernisme de Virginia Woolf par exemple). Ce présent intime offre-t-il l’espace minimal d’une forme de résistance à la raison historique ? Le débat est rendu plus complexe encore si on intègre le paramètre de la réception qui se déploie selon des contingences historiques et sociétales qui n’entrent pas nécessairement en résonance avec celles originelles du texte. L’interprétation allégorique sanctionne-t-elle l’interprétation correcte ? La distinction entre « interprétation correcte » et « interprétation juste » introduite par Jean-Jacques Lecercle pour définir la pragmatique de la littérature dans Interpretation as Pragmatics (1999) peut-elle ici nous être utile ?

Ladan Niayesh : La métaphore de l’oblique témoigne sans doute aussi d’un glissement ou d’un tournant dans la langue critique. Pourrait-on y voir un changement d’angle de la lecture critique, qui privilégie désormais les métaphores optiques ? En témoigne la fortune de l’anamorphose dans l’analyse des textes de la Renaissance.

Jean-Marie Fournier : La métaphore optique de l’oblique semble en effet avoir, depuis les années 2000, supplanté la métaphore spatiale de l’indirection qui avait prévalu depuis les années 1980. S’il s’agit aussi de réfléchir à l’usage et aux effets des images critiques que nous mobilisons, on peut faire observer que l’indirection suppose, davantage que l’oblique, un dessaisissement de l’observateur ou du lecteur dans l’acte interprétatif, là où l’oblicité suppose (ou réintroduit) un point de vue stable, quoique décalé, sur l’objet de la lecture et, partant, la possibilité (ou le spectre) d’une mise sous tutelle de l’œuvre, d’un contrôle de l’œuvre dans et par la lecture. Entre ces deux métaphores se joue donc la question du positionnement critique à l’égard de l’œuvre et celle du télos de l’interprétation.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search