Préambule : penser la littérature au présent

Le texte qui suit se donne pour objet d’interroger les relations entre la littérature et son contexte, ou encore son présent. Le format choisi est celui de l’échange, sur le mode d’une table ronde, car il permet de confronter différents points de vue disciplinaires représentatifs de cultures littéraires et de contextes historiques divers. Cette réflexion est nécessairement en devenir, et le texte est donc amené à évoluer, à mesure que d’autres membres du laboratoire s’empareront des interrogations et des références ici mises en commun. Si les échanges pourront sembler parfois inchoatifs, inachevés, nous avons préféré conserver cette liberté formelle et pensé cet échange comme un espace ouvert, dans lequel des spécialistes de littératures anglophones d’aires et de périodes différentes dialoguent de manière impromptue et mettent en commun leurs propres lectures des enjeux soulevés. Cet échange doit aussi se lire comme ouvrant des points d’accès vers d’autres interrogations, d’autres lectures encore ; et c’est ainsi qu’il nous a semblé utile de renvoyer par hyperliens vers des références clés qui alimentent notre réflexion commune dans sa diversité.

Alors que ce texte est mis en ligne, un autre caveat est de mise, qui lui-même témoigne de la labilité des liens de la littérature et du présent. La Covid 19 et la pandémie qui s’est abattue sur la planète en 2020 peuvent laisser penser que les considérations ici développées sont désormais frappées d’une forme d’inanité historique, et que donc les liens entre littérature et présent sont encore à repenser, infléchis qu’ils nous semblent désormais par une urgence épistémologique et éthique différente. Cette urgence, la littérature s’en est emparée et les textes suscités par l’expérience intime et collective de la pandémie sont témoins qu’écrire, faire littérature, au présent, nous relie au monde comme à notre propre expérience. Constat facile et complexe s’il en est de la puissance heuristique de la littérature, dans le grain le plus intime de l’expérience, au contact de l’histoire en train de se vivre, de s’écrire et, peut-être, de se penser.

Dès 2020 plusieurs anthologies de textes poétiques étaient publiées qui témoignaient d’une expérience presque démunie de notre sidération partagée face à la déferlante de l’inquiétude et de la perte. On mentionnera ici l’anthologie réunie par Alice Quinn, Together in a Sudden Strangeness ou encore celle dirigée par Ilan Stavans, And we Came Outside and Saw the Stars Again. Et l’écrivaine britannique Ali Smith choisit, dans Summer (2020), de conclure sa tétralogie inspirée par une autre crise, celle précipitée par le Brexit, sur l’expérience collective de la crise du Covid. Ces anthologies font écho à d’autres textes, qui du 18e siècle à nos jours, ont jalonné l’histoire d’une littérature anglophone au prise avec les crises et bousculades de présents d’hier et d’aujourd’hui.