Poétique du podcast – Ella Waldmann

La radio a désormais trouvé sa place au sein des études littéraires. Depuis une vingtaine d’années, de plus en plus de travaux s’intéressent aux liens entre créations littéraire et radiophonique, selon des modalités propres à la culture radiophonique de chaque pays1 . Dans le monde anglophone, la recherche en la matière tend à se concentrer sur le mouvement moderniste et ses expérimentations avec le médium2. Les années 1930-1940 sont considérées par beaucoup comme un âge d’or inégalé pour la création radiophonique. La question du podcast et des relations qu’il entretient avec la création littéraire est encore peu abordée, ou alors de façon tangentielle. Trop souvent envisagé comme une simple modalité de (ré)écoute, ce nouveau média mérite pourtant lui aussi qu’on s’y attarde. Nous proposons donc d’écouter de plus près quelques extraits de la production contemporaine anglophone, qui viennent démontrer le dynamisme et la richesse de la création pour le podcast.

Ella Waldmann est doctorante au LARCA.

Depuis sa naissance il y a une quinzaine d’années, le podcast s’est imposé comme un médium sonore incontournable. Il doit son nom à un journaliste britannique, Ben Hammersley, qui dès 2004 s’interrogeait sur l’émergence de web radios et des nouvelles pratiques qu’elles engendrent. Dans un article pour le Guardian3, Hammersley proposait ainsi, parmi d’autres néologismes, le mot-valise « podcast »: partant du verbe to broadcast (diffuser, en français) surtout utilisé dans le contexte de la radio et de la télévision, il en modifiait le préfixe pour faire référence à l’iPod, baladeur mp3 commercialisé par Apple et symbole d’une transformation radicale de nos paradigmes d’écoute4. S’il a longtemps été question de trouver un autre terme pour éviter la référence à une marque déposée ou le recours à un anglicisme dans un contexte francophone, le nom podcast est aujourd’hui passé dans le langage courant. Il renvoie précisément à un type de fichiers audio numériques, généralement des épisodes d’un programme parlé, qui peuvent être téléchargés en ligne vers un ordinateur ou un appareil portable pour être écoutés à la demande. Il serait pourtant hâtif d’envisager le podcast comme une simple modalité de réécoute de programmes d’abord radiodiffusés. Dès ses débuts, le podcast a été un terreau fertile pour le développement de contenus originaux. La production de podcasts natifs, c’est-à-dire conçus pour une écoute à la demande sans passer par une première diffusion sur les ondes, a d’emblée représenté un champ nouveau pour la création et l’expérimentation formelle. Face à la grande diversité de la production pour ce média protéiforme, on s’intéressera ici plus particulièrement aux podcasts dits scénarisés (scripted podcasts) par opposition aux podcasts dits conversationnels5.

Selon Marshall McLuhan, fondateur des études contemporaines sur les médias, tout média nouveau incorpore certaines propriétés des médias qui l’ont précédé dans le temps. Le podcast s’apparente ainsi par certains traits à la radio, au cinéma, à la télévision, au livre. Les formes « nouvelles » qu’il engendre seraient donc essentiellement des reconfigurations de formes et de genres préexistants (comme le théâtre, la poésie, le roman, l’essai, pour citer ceux qui nous intéressent en premier lieu ici). Ce phénomène de remédiation, selon le terme proposé par Jay Bolter et Richard Rusin6, serait alors une première explication des affinités entre podcast et littérature. A titre d’exemple, Patrick Gill propose ainsi une comparaison entre le podcast et le roman7 : tous deux se ressemblent par leurs dimensions (des formats typiquement longs, qui s’inscrivent dans une temporalité dilatée), leur organisation autour d’arcs narratifs et leur capacité à créer un monde ; comme le roman, le podcast requiert un certain type d’attention, qui favorise l’immersion de l’auditoire en jouant notamment sur son attention captive et son isolement ; ils partagent enfin un fort potentiel affectif et intime, et se rejoignent par la place centrale qu’ils accordent tous deux à la voix narrative.

Mais le podcast, comme tout média, est aussi doté de propriétés qui lui sont spécifiques et qui le distinguent des médias antérieurs. Si les relations entre création radiophonique et littéraire ont donné lieu à de nombreux travaux, tant dans le monde anglophone que francophone, les liens que le podcast entretient avec le littéraire méritent, semble-t-il, d’être eux aussi interrogés. Pour certains, le podcast aurait abandonné la fiction et la poésie au profit d’une production tournée vers le réel. Regrettant la période faste des expérimentations de l’avant-garde moderniste à la radio, ils déplorent que le podcast soit devenu un média « post-dramatique8 ». Or faire ce postulat, c’est ignorer tout un pan de la production contemporaine de podcasts de fiction, champ inédit pour l’expérimentation formelle, particulièrement prolifique dans la sphère anglophone9. C’est aussi faire abstraction de toute la dimension narrative, dramatique, poétique, inter- et méta-textuelle du podcast documentaire, qui a grandement contribué au succès du média. Nous proposons ici d’écouter de plus près quelques extraits de cette production contemporaine anglophone, qui viennent réfuter l’idée selon laquelle le podcast aurait définitivement abandonné les ambitions formelles d’un supposé âge d’or de la création radiophonique.

Appearances (Sharon Mashihi, Radiotopia, Mermaid Palace, 2020)

Dans la série en dix épisodes Appearances, Sharon Mashihi propose une réflexion autobiographique à travers un alter ego imaginaire. Elle raconte ainsi à la première personne l’histoire de Melanie, une femme issue comme elle d’une famille iranienne installée aux Etats-Unis. Prises entre des désirs et des injonctions contradictoires – dont celui d’avoir un enfant ou non – Melanie et Sharon partagent les mêmes doutes, les mêmes questionnements existentiels et identitaires. Usant d’un ressort classique de l’autofiction, la créatrice du podcast met en fait en scène sa propre histoire, sa personne et les membres de son entourage sous d’autres noms. La particularité de cette œuvre est qu’elle est presqu’entièrement racontée par son auteure, qui prête sa voix à son double de fiction mais aussi à d’autres personnages qui interviennent dans son récit, donnant ainsi à entendre la pluralité des voix qui l’habitent et la composent. Mais ce choix pose aussi la question de la voix comme socle de l’identité, car même travestie par un jeu d’actrice, la voix de la narratrice reste reconnaissable et unique. Elle littéralise enfin la notion de voix narrative, et nous rappelle que tout récit, quel qu’il soit, passe par la médiation d’un sujet, et de sa voix propre.

Extrait 1 : Episode 1, « Prologue » (00 :00 – 00 : 20)

L’intégralité du podcast :

Les podcasts sont catégorisés selon la dichotomie bibliographique fiction / nonfiction que l’on observe dans le monde anglophone. Mais dans le cas d’Appearances, comme pour tout objet hybride, cette catégorisation soulève des questionnements génériques. Sa créatrice et narratrice use alors de précautions qui relèvent de ce que Gérard Genette appelle le paratexte de l’œuvre10. Dans l’épisode intitulé « Prologue », la narratrice multiplie les « seuils » à franchir avant d’accéder au corps du récit. Nous sommes accueillis par sa voix qui annonce le titre du podcast sans aucun habillage sonore, à la manière d’une première de couverture (« This is Appearances »), puis nous guide vers un premier sous-titre (« Prologue »). Or, par excès de zèle ou par jeu référentiel, le prologue se trouve redoublé d’un deuxième prologue, puis sous-divisé en parties et en sous-sous-titres (« Part A: Prologue to the Prologue » « A note on… »). La voix nue fait résonner les plosives de ces intitulés enchâssés jusqu’à l’absurde. Cette ressemblance avec le livre n’est pas fortuite, mais au contraire cultivée. Le mimétisme des conventions textuelles, poussé à l’extrême, donne à entendre les problématiques inhérentes à ces formes tiraillées entre fiction et nonfiction.

Welcome to Night Vale (Joseph Fink, Jeffrey Connor, Night Vale Presents, 2012-)

Dans le podcast Welcome to Night Vale, un narrateur raconte le quotidien d’une petite ville imaginaire perdue dans le désert du Sud-Ouest des États-Unis, à la façon d’un animateur de radio locale (community radio). Or Night Vale est un univers où, selon les mots de ses créateurs, toutes les théories du complot deviennent réalité, où le paranormal côtoie le banal et où l’humour caustique rencontre l’« horreur cosmique » chère à H.P. Lovecraft, maître du genre. Dans un récit fait de digressions et de récits imbriqués, le cours de l’émission est régulièrement interrompu par de courtes vignettes, à la façon de bulletins publicitaires ou informationnels.

Dans l’épisode 179, intitulé « First Snow », l’une de ces capsules survient à la cinquième minute. Il s’agit d’une énigme sonore, version audio d’un jeu de mots mêlés. Tandis que l’animateur énonce une suite de lettres à intervalles réguliers, sa voix se déplace de la droite vers la gauche, avant de revenir à son point de départ. Par un travail sur la stéréophonie, la circulation du son crée une illusion d’espace pluridimensionnel surtout perceptible à travers des écouteurs, forme d’écoute privilégiée du podcast. La voix, défamiliarisée par l’écho, se fait de plus en plus grave et instille une inquiétante étrangeté, en contraste avec la nature supposée ludique de la séquence. La menace sous-jacente se concrétise à la fin de l’extrait, quand le présentateur ordonne aux participants de ne révéler sous aucun prétexte le message qu’ils auraient pu décrypter. Pour y jouer, il faudrait de surcroît pouvoir coucher par écrit les lettres qui sont dictées, sans quoi leur succession devient une suite incohérente de sons que la mémoire ne parvient pas à fixer. Sous couvert d’absurdité, cette courte séquence se révèle être un commentaire sur le rapport entre le son et la lettre, l’écrit et l’oral. La prétendue énigme devient alors un jeu postmoderniste : cette recherche d’un sens caché ne mène en fait nulle part, si ce n’est à une obscure théorie du complot dans laquelle l’auditeur est pris à parti contre son gré.

Have You Heard George’s Podcast? (George The Poet, Benbrick, BBC Sounds, 2019-)

George Mpanga, plus connu sous le nom de George The Poet est un auteur, rappeur et artiste de spoken word d’origine ougandaise ayant grandi dans le Nord-Ouest de Londres. Avec le producteur et compositeur Benbrick, il crée en 2019 un podcast mêlant journalisme, poésie, musique, création sonore, documentaire et fiction, qui a la particularité d’être presqu’entièrement narré en vers. Have You Heard George’s Podcast ? a été le premier podcast produit en dehors des États-Unis à recevoir un prix Peabody, l’une des distinctions les plus prestigieuses décernées à un programme audio. Depuis la deuxième saison, George The Poet s’est associé à la plateforme BBC Sounds qui lui donne accès au fonds d’archives de la BBC. Par leur complexité formelle (versification rimée, intermédialité, multiplication des points de vue et des échelles …), ses créations renouent avec la tradition du documentaire radiophonique (radio feature), tout en proposant un éclairage nouveau sur la notion même de documentaire. Par son traitement poétique d’un matériau journalistique, George The Poet retourne aussi aux sources du hip-hop, dont les textes ont pour but de refléter une certaine réalité sociale.

Extrait 3 : Chapter 2, episode 2, “Sabrina’s Boy” (11:35-15:00)

L’intégralité du podcast :

https://www.bbc.co.uk/sounds/play/m000b18m

Dans l’épisode « Sabrina’s Boy », George The Poet propose une méditation sur le lien entre trauma et création chez les artistes noirs américains, dans laquelle il revient notamment sur la vie du rappeur 50 Cent. Dans ce montage sonore, dont le début est signalé par le bruit d’un magnétophone qui s’enclenche, on entend d’abord la voix modulée de George The Poet, comme si elle provenait d’un enregistrement analogique. Le phrasé de la voix parlée, avec ses pauses et ses accents, se cale sur la rythmique en arrière-plan produite par une boîte à rythmes. On reconnaît alors les premières mesures de l’iconique « The Message » de Grandmaster Flash & The Furious Five, considéré comme l’un des morceaux fondateurs du hip-hop. Les paroles de George The Poet alternent entre récitation rythmée et passages rappés, que viennent renforcer des effets vocaux, notamment de redoublement stéréophonique. Son récit parlé/chanté est aussi entrecoupé de montages d’archives de la BBC, dont le dernier extrait d’interview se conclut par le bruitage d’une cassette que l’on rembobine. Cet effet rappelle à la fois les effets sonores du DJ, pilier de la musique hip-hop, et la réalité matérielle de la bobine d’archive. A la fin de la séquence, le volume de la musique diminue dans un effet de fondu, auquel se superpose la voix du narrateur qui annonce le titre de la chanson et de son interprète comme le ferait un disc-jockey de radio. Puis le son du magnétophone s’arrête ; George The Poet prononce alors a cappella un épilogue dont la portée est amplifiée par sa structure en chiasme.

Chacun de ces podcasts se positionne à un endroit différent : l’un se revendique de l’autofiction, le deuxième se présente comme fiction pure, le troisième comme un objet hybride entre poésie et documentaire. Mais ils ont pour point commun d’interroger notre rapport au réel et à sa représentation. Si la production contemporaine est, de fait, orientée vers le réel, elle n’en est pas moins animée par des forces dramatiques, poétiques, narratives. Surtout, elle se caractérise par une conscience très forte du médium, par un jeu permanent avec ses codes, ses forces et ses limites. Cette proximité du podcast avec le littéraire est aussi une stratégie consciente et volontaire de positionnement pour un média encore jeune, en quête de légitimité et de codes, à la recherche d’une poétique dont nous avons ici esquissé les contours.


Références

Avery Todd, Radio Modernism: Literature, Ethics, and the BBC, 1922–1938, Londres, New York, Routledge, 2006.

Berry Richard, « Will the iPod Kill the Radio Star? Profiling Podcasting as Radio », Convergence: The International Journal of Research into New Media Technologies, vol. 12, no 2, 2006, p. 143-162 (en ligne : http://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1354856506066522 ; consulté le 16 mai 2020).

Bottomley , Andrew, Sound Streams: A Cultural History of Radio-Internet Convergence, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2020.

Bull Michael, « No Dead Air! The iPod and the Culture of Mobile Listening », Leisure Studies, vol. 24, no 4, Routledge, 1er janvier 2005, p. 343-355.

Bolter Jay David et Grusin Richard, Remediation: Understanding New Media, Cambridge, Mass., MIT Press, 2000.

Cohen Debra Rae, Michael Coyle et Jane Lewty (éd.), Broadcasting modernism, Gainesville, Univ. Press of Florida, 2009.

Fink Joseph et Jeffrey Cranor, « Welcome to Night Vale », Nightvale Presents, 2012-.

Freeman Elliott, « Ode for the Lights Above the Arby’s: Reading Welcome to Night Vale Through the Lens of Poetry », dans Jeffrey Andrew Weinstock (éd.), Critical Approaches to Welcome to Night Vale: Podcasting between Weather and the Void, Londres, Palgrave Macmillan, 2018, p. 109-119.

Genette Gérard, Seuils, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Poétique », 1987.

George The Poet et Benbrick, Have You Heard George’s Podcast?, BBC Sounds, 2019-.

Gill Patrick, « Listening to the Literary: On the Novelistic Poetics of the Podcast », dans Tim Lanzendörfer et Corinna Norrick-Rühl (éd.), The Novel as Network: Forms, Ideas, Commodities, Londres, Palgrave Macmillan, coll. « New Directions in Book History », 2020, p. 163-179.

Hammersley Ben, « Audible Revolution », The Guardian, rubrique « Media », 12 février 2004 (en ligne : http://www.theguardian.com/media/2004/feb/12/broadcasting.digitalmedia ; consulté le 15 avril 2020).

Llinares Dario, Neil Fox et Richard Berry (éd.), Podcasting: New Aural Cultures and Digital Media, Springer, 2018.

Mashihi Sharon, Appearances, Mermaid Palace, The Heart, 2020.

McLuhan Marshall, Understanding Media: The Extensions of Man, 1st MIT Press ed, Cambridge, Mass, MIT Press, 1994.

Pardo Céline, « Penser la radio en littéraire : quelques questionnements de radiolittérature », Elfe XX-XXI. Études de la littérature française des XXe et XXIe siècles, no 8, Société d’étude de la littérature de langue française du XXe et du XXIe siècles, 10 septembre 2019 (DOI : 10.4000/elfe.1025  consulté le 30 mars 2021).

Porter Jeffrey Lyn, Lost Sound: The Forgotten Art of Radio Storytelling, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2016.

Spinelli Martin et Lance Dann, Podcasting: The Audio Media Revolution, Bloomsbury Academic, 2019.


  1. On pense par exemple au développement en France du champ de la radiolittérature, terme proposé par Céline Pardo et Pierre-Marie Héron (C. Pardo, « Penser la radio en littéraire : quelques questionnements de radiolittérature », Elfe XX-XXI, 8 | 2019). En Allemagne, la recherche sur le sujet porte principalement sur le drame radiophonique (Hörspiel), qui a longtemps occupé une place prépondérante dans la production germanophone. []
  2. Plusieurs ouvrages récents y sont consacrés, du point de vue britannique comme américain : T. Avery, Radio Modernism: Literature, Ethics, and the BBC, 1922–1938, Londres, New York, Routledge, 2006 ; D.R. Cohen, M. Coyle & J. Lewty (éds.), Broadcasting Modernism. Gainesville: Univ. Press of Florida, 2009; J.L. Porter, Lost Sound: The Forgotten Art of Radio Storytelling, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2016. []
  3. Ben Hammersley, « Audible Revolution », The Guardian, 12 février 2004. []
  4. Par un effet de métonymie, l’iPod en est venu à symboliser les évolutions liées à la compression du son, et ses conséquences en termes de portabilité de la musique et de l’audio en général. À ce sujet, voir R. Berry, « Will the iPod Kill the Radio Star? Profiling Podcasting as Radio », Convergence: The International Journal of Research into New Media Technologies, vol. 12, no 2, 2006, p. 143-162 ; M. Bull, “No Dead Air! The IPod and the Culture of Mobile Listening.” Leisure Studies 24, no. 4, 2005, p. 343–55. []
  5. par opposition au podcast conversationnel, enregistrement d’une discussion informelle et en grande partie improvisée par ses intervenants nécessitant un moindre effort de production, le podcast scénarisé fait l’objet d’un important travail d’écriture et de montage. Il mobilise de nombreuses sources (archives, interviews, effets sonores, musique…) et suit une trame pré-écrite, lue et enregistrée par un narrateur principal. []
  6. J. D. Bolter et R. Grusin, Remediation: Understanding New Media, Cambridge, Mass., MIT Press, 2000. []
  7. P. Gill, « Listening to the Literary: On the Novelistic Poetics of the Podcast », in T. Lanzendörfer et C. Norrick-Rühl (éds.), The Novel as Network: Forms, Ideas, Commodities, Londres, Palgrave Macmillan, 2020, p. 163-179. []
  8. C’est notamment la thèse défendue par J. L. Porter dans son ouvrage Lost Sound: the Forgotten Art of Radio Storytelling. []
  9. On pense par exemple à The Truth (Jonathan Mitchell, Radiotopia PRX, 2012-); Homecoming (Eli Horowitz, Micah Bloomberg, Gimlet Media, 2016); Welcome To Night Vale (Joseph Fink, Jeffrey Connor, Night Vale Presents, 2012-), dont un extrait est analysé plus bas. []
  10. Parce qu’ils ont aussi une interface textuelle, certains podcasts reprennent les conventions liées au paratexte du roman, comme par exemple le choix de découper leurs programmes en chapitres plutôt qu’en épisodes ou en saisons. C’est le cas notamment de Have You Heard George’s Podcast, évoqué plus loin. []