Question 10 : quelles autres questions pour la littérature ?

Q. Nous pourrions reformuler encore la question et nous demander : à la lumière de ces contextes littéraires et institutionnels divers, quelles questions oublions-nous, de manière récurrente, de poser ? Quelles questions faudrait-il poser encore, qui nous éclaireraient sur la relation de la littérature au présent ? Ces questions manquantes peuvent-elles nous venir de l’intérieur de nos traditions et de nos histoires institutionnelles ?

Catherine Bernard : La question centrale reste celle que Rita Felski pose dans The Limits of Critique, ou du moins qu’elle commence à poser : comment nous laisser traverser par le texte, tout en faisant de cette expérience phénoménologique le moment d’une expérience d’intellection critique de la littérature et de notre être au monde, de la forme comme agent d’intellection affectée ? On peut de même renvoyer à son récent essai Hooked: Art and Attachment (2020) ou à celui de David James, Discrepant Solace. Contemporary Literature and the Work of Consolation (2019) qui replacent l’émotion au cœur du dispositif herméneutique de la littérature.

Thomas Constantinesco : L’essai de Rita Felski The Limits of Critique est volontairement polémique. Si la « critique de la critique » qu’elle propose est parfaitement convaincante, il reste toutefois à articuler la phénoménologie de la lecture qu’elle appelle de ses vœux, à partir notamment des travaux récents de Marielle Macé, et le travail de l’interprétation qu’il semble encore difficile de ne pas penser dans les termes mêmes de la critique. Ce que l’ouvrage de Felski réussit le mieux à faire, c’est à appliquer les méthodes de la critique à ses propres opérations pour en faire apparaître les impensés et les points aveugles, et notamment la volonté de traverser le texte, de le rendre transparent à la lecture. On a plus de mal à voir en quoi consisterait le « tournant postcritique » qu’elle annonce, et ce d’autant plus que la lecture phénoménologique, à la surface du texte, n’entend pas se détourner de l’histoire, ni de la politique de la littérature telle que les textes la mettent en œuvre.

Mathieu Duplay : On peut aussi alors lire le projet esthétique comme un travail théâtral, qui vient prendre la place de l’objet manquant et c’est dès lors cette représentation qui induit des effets phénoménologiques propres.

Sandeep Bakshi : Les textes de Sara Ahmed sur la politique de l’émotion auront aussi tenté de cerner cette politique de l’émotion ; on peut penser à son essai The Cultural Politics of Emotion (2004).

Catherine Bernard : On le voit le débat ne saurait être clos et cette discussion devra en amener bien d’autres encore. La critique elle-même ne cesse de repenser ses propres protocoles et, ainsi se disent les mutations de notre propre inscription dans le présent de la littérature.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search