vendredi 10 novembre – séminaire commun EDLM et FLT

« Ecrire depuis les marges : Nos théories, nos pratiques »
et
« Frontières du Littéraires »

Vendredi 10 novembre
OdG 830–12h-14h

La carte à l’épreuve de la photographie et de la littérature

Julien NEGRE, ENS LSH Lyon :  Cartes et cartographies dans les textes de Thoreau

Jordi BALLESTA, CIEREC, Université Jean Monnet : David Lowenthal, à travers l’Amérique vernaculaire.  Voyage photographique et enquête extensive

Discutant: François BRUNET (LARCA)

PS : Les participants sont invités à prendre connaissance des textes disponibles ici 

Organisatrices : Marie-Jeanne Rossignol, Mélanie Torrent, Cécile Roudeau

Contact : cecile.roudeau@gmail.com

Friday, April 28 – Literature and Politics – FLT and Paris Diderot LARCA invite George Shulman and Juliette Utard

 

FLT/A19 and LARCA (Research Laboratory in Anglophone Culture, Paris Diderot) invite George Shulman (Gallatin School, NYU) and Juliette Utard (Paris Sorbonne, VALE, LARCA-CNRS) on Friday, April 28, 2017.

The seminar will take place at 2 pm, at Université Paris Diderot, Bât. Olympe de Gouges, room 163.

George Shulman (Gallatin School of NYU): « Postmortem Effects: Impasse and Genre in American Politics and Literature »

« At a moment of historical impasse and national division, George Shulman claims that profound insight is found not in the texts typically canonized as « American Political Thought, » but in the fictions and poetry of literary artists from Melville and Whitman to Faulkner, Ellison, and Morrison. To explore what is unspeakable in American politics, its unsaid axioms and disavowed conditions of possibility, the literature repeatedly forgoes a realist aesthetic; instead, literary artists use genres of fabulation to dramatize how national romances of self-making and more perfect union generate tragedy, ghosts, horror, and farce. Representing the return of what is repressed by prevailing political languages of liberalism, nationalism, and individualism, such fictions at once probe and embody the meaning of the political by dramatizing the fictionality at its core. »

George Shulman teaches Political Theory and American Studies at The Gallatin School of Individualized Study at New York University. He received his PhD in Political Science and American Studies from University of California, Berkeley, in 1982. The American Political Science Association awarded his second book, American Prophecy: Race and Redemption in American Politics (2008, Minnesota) the David Eastman Prize for « best book in political theory. » He has published essays relating political theory and literary studies, as well as Political Theology and Critical Race Theory.

Juliette Utard (Paris-Sorbonne, VALE, LARCA-CNRS): The American Poetry Collection and the Trials of Federal Democracy: “Necro Citizenship” in Spoon River Anthology (1915) by Edgar Lee Masters
Looking at American poetry from the vantage point of the US model of federal democracy, this talk undertakes a (political) reading of Edgar Lee Masters’ striking collection of epitaph-poems Spoon River Anthology (1915, 1916) a hundred years after it was first published. Not quite the nostalgic, agrarian myth of rural Midwest it has come to embody, Spoon River Anthology uncovers a vast necropolis where the (dis)united dead of America lie side by side as “necro citizens.” “[T]he only democracy—the graveyard” then, as one of the poems suggests? Russ Castronovo reminds us that “Not all subjects lie still in democracy’s graveyard.” In fact a hundred years on, Spoon River Anthology reads as a critical laboratory of democracy that repeatedly challenges the US political model, investigating modes of poetic assemblage together with new forms of political assembly.

Juliette Utard teaches American literature at the University of Paris-Sorbonne and is currently on leave at LARCA. She is the author of Wallace Stevens : Une poétique du fini (forthcoming, Honoré Champion) and co-editor of Wallace Stevens, Poetry and France (forthcoming, “Actes de la Recherche,” Éditions rue d’Ulm). Her current research focuses on the American poetry book and its editorial, critical and political issues in the digital age.

Jan 17, 6.30pm @ AUP – FLT and Center for Critical Democracy invite Simon During

41vjytlvcal-_sx331_bo1204203200_ Pr. Simon During (University of Queensland, Australia) will give a talk on his book Against Democracy : Literary Experience in the Era of Emancipations (Fordham UP, 2012) at the American University of Paris, 6 rue Colonel Combes, 75007 at 6:30pm on January 17, in room 102.

The talk will be hosted by the Center for Critical Democracy at AUP and “Frontières du littéraire” (LARCA-UMR 8225).

Simon During is invited Professor at Université Paris 13 from January 9 to January 20, 2017. He has published a number of books among which

  • Exit Capitalism : Literary Culture, Theory and Post-Secular Modernity (Routledge, 2009)
  • Modern Enchantments : The Cultural Power of Secular Magic (Harvard UP, 2002)

Please register in advance by sending an email to ssawyer@aup.edu with the title « Simon During registration”.

For further information pleace contact Pr. Cécile Roudeau cecile.roudeau@gmail.com or Pr. Stephen Sawyer sawyer@aup.edu

Thursday, Jan 12, 12.30pm, Brown Bag – FLT and Lumières et Modernités invite Simon During

Pr. Simon During (University of Queensland, Australia) will give a talk entitled

“Anglicanism and English Literary Culture, 1688-1945”.

at Université Paris Diderot. The talk will be hosted by « Frontières du littéraire » and « Lumières et Modernités » (LARCA-UMR 8225)

Pr. Jeffrey Hopes (Université de Tours) and Alice Monter (PhD candidate/ LARCA) will be discussants.

Simon During is invited Professor at Université Paris 13 from January 9 to January 20, 2017. He has published a number of books among which

  • Against Democracy : Literary Experience in the Era of Emancipations (Fordham UP, 2012)
  • Exit Capitalism : Literary Culture, Theory and Post-Secular Modernity (Routledge, 2009)
  • Modern Enchantments : The Cultural Power of Secular Magic (Harvard UP, 2002)

This brown-bag seminar will take place on Thursday, January 12 at 12.30 pm, room 830, Bâtiment “Olympe-de-Gouges,” 8 place Paul-Ricoeur, 75013, métro/RER Bibliothèque François-Mitterrand, Paris. plan-olympe-de-gouges.

 

lundi 13 juin 2016 – réunion de l’axe

Notre dernière rencontre de l’année aura lieu le 13 juin, a priori en salle 830. Trois points sont pour l’instant à l’ordre du jour :

Nous entendrons une communication de Clémence Folléa (« Dickens Excentrique : Persistances du Dickensien »), qui a accepté de venir nous parler de la façon dont sa thèse, sous la direction de Sara Thornton, rencontre la question des “frontières du littéraire.”

Il nous faudra aussi faire un bilan de cette année et envisager les projets pour l’année 2016-2017. Nous avons donc besoin de toutes les forces vives de l’axe!

J’ai ensuite invité, à 11h, M. Gael Martin (des éditions Mare & Martin) à venir nous présenter le projet de collection que nous avons évoqué la dernière fois. Il viendra, m’a-t-il dit, avec M. Fabrice Defferard, le directeur éditorial des éditions. Il est donc important que nous lui posions les questions qui nous permettraient de mesurer l’opportunité d’un tel projet pour le Larca, et pour “Frontières du littéraire.”

4 avril 2016 – réunion de l’axe

L’axe « Frontières du littéraire » a tenu sa deuxième séance de travail le lundi 4 avril de 9h à 12h.

Nous avons eu le plaisir d’entendre trois communications:

Ladan Niayesh : « De la carte géographique à la scène (et retour) chez Shakespeare et ses contemporains. »

Jean-Marie Fournier : « Pour r’enflammer l’obscur du monde : tradition de l’ode de Pindare aux Romantiques anglais. »

Daniel Jean : « La littérature et l’absence d’œuvre : Eliot, Beckett, Steiner. »

 

Résumé de la communication de Ladan Niayesh:

Map-Ladan

“The cosmographical glasse, conteinyng the pleasant principles of cosmographie, geographie, hydrographie, or nauigation. Compiled by VVilliam Cuningham Doctor in Physicke.” William Cuningham (b. 1531.), 1559, Folger Digital Image Collection, Folger Shakespeare Library

Travailler sur la littérature des siècles antérieurs implique en soi une sorte d’ « exploration des frontières » de périodes où les mots, les paradigmes et les outils sont différents de ceux de l’époque contemporaine, voire sont encore poreux et non encore fixés lorsqu’il s’agit par exemple de la distinction qui semble aller de soi aujourd’hui entre des pratiques dites scientifiques et d’autres qui ne le seraient pas. Il en est ainsi de la cartographie et du théâtre, deux pratiques éminemment visuelles et particulièrement développées dans l’Angleterre de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle, sans distinction nette entre les deux. A la frontière de genres et d’héritages commun (le merveilleux, l’emblématique morale, la propagande politique et commerciale, etc.), mêlant culture savante et culture populaire, cartographie et théâtre s’interpénètrent, dialoguent et s’informent l’un l’autre à cette période, même si l’alphabet et le langage utilisés pour ce faire ne sont pas toujours directement accessibles au spectateur ou au lecteur modernes.

Dans ma présentation, je considère l’une des modalités d’échange entre ces deux pratiques, à travers la vogue des cartes habitées par des personnages (voyageurs prenant des notes, cartographes dessinant la carte depuis son intérieur) qui servent de relais à notre perspective et abolissent la distinction entre créateur et spectateur de l’illusion. Cette vogue trouve son pendant, non seulement dans les masques de cour, mais aussi et surtout au théâtre populaire, avec ces pièces de conquête où la scène se transforme sous nos yeux en carte géographique, et où un protagoniste (comme dans Tamburlaine de Christopher Marlowe, 1587-88) ou un prologue (comme dans The Travels of the Three English Brothers, de John Day, William Rowley et George Wilkins, 1607) usent d’une métaphore filée pour dessiner l’intrigue de l’intérieur et faire participer l’imagination et la perspective du spectateur afin de compléter l’illusion cartographique. L’imbrication profonde de la culture cartographique et de la culture théâtrale des Elisabéthains invite de même le chercheur moderne à pratiquer systématiquement la traversée des frontières disciplinaires entre littérature et histoire matérielle.

C’est dans cette optique que se placent la plupart de mes recherches actuelles, depuis mon dernier article en date, « Seeing and Overseeing the Stage as Map in Early Modern Drama », à paraître l’année prochaine dans un volume intitulé Travel and Drama chez Cambridge University Press, jusqu’au projet « Lit&res : littérature et culture matérielle dans les îles britanniques et la France de la première modernité » auquel j’ai eu le plaisir de participer depuis son lancement (http://literes.hypotheses.org)

Résumé de la communication de Daniel Jean: La littérature face à l’absence d’œuvre

Il s’agit d’interroger ce qui reste de la littérature en l’absence d’œuvre(s), selon plusieurs modalités d’absence.

Il faut rappeler que la formule est issue d’un article de Michel Foucault où la folie est abordée par ce qu’elle ne fait pas œuvre, que ce qui est produit par elle, de verbal ou de matériel est du côté du symptôme, de l’impossibilité d’une communication vers une instance extérieure faisant figure de récepteur.

D’où un rapport à la folie chez les « artistes sans œuvres » dont parle Jean-Yves Jouannais dans son « I would prefer not to : Artistes sans œuvres » 1997 et Enrique Vila-Matas en miroir, dans son Bartleby et Compagnie (2002), convoquant le personnage de Melville comme figure tutélaire d’une écriture tournée vers l’improductivité.

Mais l’absence d’œuvre est aussi la question des œuvres absentes parce que demeurées désir, par accident ou nécessité, chez des auteurs prolixes par ailleurs. On trouve des ouvrages entiers faits de listes d’œuvres restées sous forme de titres ou de synopsis (George Steiner, F.S. Fitzgerald, Edouard Levé), dont la non réalisation permet d’écrire une autre histoire de leur évolution esthétique.

Enfin, l’absence présente d’œuvres dont l’existence est attestée par des témoignages et des fragments (Homère, le théâtre grec, Shakespeare, Bruno Schulz), et dont la disparition laisse imaginer à quel point le canon littéraire serait différent s’ils réapparaissaient.

A moins que, comme Beckett en a eu l’intuition, la littérature cherche à rendre compte de sa disparition, en en faisant son objet.

17 décembre 2015 – réunion de l’axe

« Les corps politiques de la fiction contemporaine » — Catherine Bernard

Catherine a présenté la recherche qu’elle mène actuellement sur la représentation des corps politiques dans la fiction britannique contemporaine (Martin Amis, Will Self, John Lanchester…).  La fiction ne représente pas le monde. Elle l’invente aux deux sens du terme : elle pose les bases de son intellection en même temps qu’elle l’imagine, à la jonction d’une histoire de la modernité littéraire et d’un contexte empirico-politique propre à la Grande Bretagne. C’est dans ce pli et ce repli de la représentation et du monde que se situe le travail que Catherine tente de mener sur la littérature: la littérature, plus que le littéraire, car c’est moins la définition de la littérarité qui l’intrigue et la retient, que les conditions matérielles d’apparition, d’advenue de cette littérarité.

« Ichabod takes on Fox : nouveaux territoires de l’adaptation littéraire – le cas Sleepy Hollow » — Emmanuelle Delanoë-Brun

En prenant l’exemple de la série Sleepy Hollow diffusée sur la chaîne Fox depuis 2013, il s’agissait de considérer comment la littérature investit les séries américaines les plus populaires, à destination d’un public jeune, un phénomène qui participe largement au 2ème âge d’or de cette forme depuis le début des années 2000. Série destinée à un public adolescent, et prenant appui sur un récit déjà largement adapté, Sleepy Hollow se propose de revisiter les fondements culturels et politiques de la nation américaine, en jouant le jeu de la rencontre entre un héros issu du XVIIIe siècle, Ichabod Crane, et l’Amérique contemporaine de la bourgade de Sleepy Hollow, représentée par une jeune détective noire. Passé l’habillage gore censé attirer un public avide de sensations fortes, la série se régale de réécrire l’histoire de la révolution américaine, à partir d’une bibliothèque devenue point névralgique de l’action et de l’enquête historiquo-culturelle menée par les deux héros. C’est le grand récit américain qui est ici repris, visité, corrigé, en utilisant une icône du roman américain comme porte parole d’un projet à retrouver. La série se plait à faire œuvre de pédagogie ludique, réenclenchant une dynamique culturelle foisonnante, par le biais de l’intermédialité (de la série émergent des nouveaux récits, sous différents formats – revue, BD, journal secret d’Ichabod Crane, …). C’est un dialogue entre deux cultures, classique, et contemporaine, qui se noue ici sur un mode consciemment ironique, typique de cette « culture de la convergence » décrite par Henry Jenkins, où se dépassent les hiérarchies culturelles dans des dynamiques de création qui remettent connaissance et partage en avant.

« The Cage-Birds Answering » : théâtre musical américain, généalogie(s) du silence – Mathieu Duplay

La réflexion s’appuie sur une constatation : dans le théâtre musical américain (les opéras de John Adams font ici figure d’exemples privilégiés), la question du silence joue un rôle crucial, et cela à plus d’un titre. Le silence est d’abord l’expression sensible d’un épuisement, d’une extinction progressive, horizon vers lequel tendent en s’amenuisant le discours et la musique. Il est aussi l’indice d’un (re)commencement possible et tout sauf naïf, ce dont le chant surgit (et donc aussi la parole, puisque la voix, à l’opéra, est indissociable de la déclamation). L’enjeu consiste à s’interroger sur les généalogies plurielles dans lesquelles ce silence ambigu s’inscrit, et donc, par contrecoup, sur la signification qu’il convient de lui prêter. D’un côté, on songe à l’héritage de John Cage, penseur et praticien d’une écologie des phénomènes sonores, d’une ouverture maximale à l’imprévisible ou à l’indéterminé, dont le « silence » (ou ce qu’il appelle ainsi) est une figure privilégiée. De l’autre, on se souvient de l’impact qu’eut sur la musique américaine l’enseignement d’Arnold Schoenberg, chez qui le silence remplit une fonction équivoque (par exemple dans le troisième acte de Moses und Aron) : il suspend la parole (ce qui lui donne une valeur pragmatique et autorise à le considérer comme une modalité paradoxale de l’énonciation) ; parallèlement, il fait office de ponctuation d’un flux musical, ce qui autorise à le tenir pour une modalité paradoxale de la sonorité vocale ou instrumentale, même considérée indépendamment de tout phénomène d’ordre linguistique. Dans les opéras d’Adams, le silence est une frontière commune au littéraire et au musical ; d’abord parce qu’il les articule l’un à l’autre, mais aussi parce qu’il est l’horizon vers lequel ils tendent tous deux, l’arrière-plan sur fond duquel ils deviennent intelligibles. Il convient donc de se demander de quel(s) silence(s) il s’agit au juste, en se gardant présent à l’esprit que Cage et Schoenberg entretenaient eux-mêmes, dès les années 1930, des relations complexes : il ne faut pas les considérer comme des antagonistes, mais comme les partenaires d’un dialogue complexe et incertain dont les conséquences demeurent encore aujourd’hui perceptibles.